Viveka,

"I'm hated by many, loved by a few, I set the fuse
Your time is coming close black rose gunna bloom"
Nom complet
Son pseudonyme sur V'kontakte : #Akhenaton. Comme le pharaon maudit.
Age : 27 ans.
Groupe : Née Oligarque. Mais trop impulsive pour le demeurer. Donc Svetchi. De celles et ceux qui ont famine de lust et de luxe.
Son métier, son statut social : Tradeuse en crypto monnaies à la tête d'un fond d'investissement véreux. Sa spécialité : blanchir l'argent sale des mafias.
Concept du personnage
[En quelques lignes aux phrases construites résumez le concept de votre personnage. Vous pouvez parler de son physique, de son caractère, de son métier, et de ses caractéristiques marquantes (par exemple : c'est un dévot dont la Sire a été détruite / ou bien un policier qui recherche sa fille enlevée par les Vor).]
Vampire Kontakte
[Que fait votre personnage sur Vampire Kontakte. Ici pour assouvir sa curiosité, ou pour chasser ? Dans cette partie parlez nous aussi de la déchirure du voile ; comprendre à quel moment votre personnage a t'il pris conscience que Saint-Petersbourg de nuit était peuplée de vampires. Pour un vampire et un dévot évoquez l'étreinte.]
Son histoire
Son père. Ce monstre splendide de dédain. Homme d'affaire richissime – self made man – qui su profiter de la débâcle de l'Union Soviétique pour se bâtir un véritable empire. De ces oligarques de l'ombre, qui ont leurs entrées au Kremlin, l'oreille du pouvoir et la main mise sur les services secrets du FSB. Il va sans dire, qu'il était inconcevable pour pareil patriarche d'avoir une fille pour aînée. La naissance de Viveka fut comme un camouflet. Les femmes ne sont là que pour être belles et se taire. Nouer des alliances parfois. Et surtout pondre des héritiers mâles à même de transmettre l'héritage de la dynastie à travers les siècles.

Du moins est ce ce que l'on enseigna à Viveka. Elle grandit donc dans l'ombre de ce père qui la méprisait. Silencieuse et fulminante comme ces fleurs de toundra qui tout l'hiver accumulent des forces dans l'attente d'un hypothétique dégel. Il fallu que son père divorce et se remarie pour qu'enfin le mâle chéri, petit cadet privilégié pousse ses premiers vagissements. Viveka, elle, la rage à l'âme, macérait et se forgeait. Trop subtile pour se révolter, elle conçut très tôt le secret dessein de gravir les échelons et de prouver à son père qu'il avait eu tort de la dédaigner. L'arrivée du petit frère prodige fut la meilleure des diversions. Pendant qu'il s’empattait dans le faste attentionné de l'admiration paternelle, Viveka continuait à apprendre, à s’affûter et à s'endurcir.

Étudiante lambda à qui l'on finança de riches écoles privées, c'est la nuit surtout qu'elle révélait tout son potentiel. Jouant de son statut de fille de, petit à petit elle sut devenir rouage de l'Empire paternel aux mille ramifications. Lentement mais sûrement – comme l'araignée tisse sa toile – elle se rapprocha des conseillers de son père. Sa beauté naturelle, était à ce titre le plus vénéneux des poison. Un à un ils se laissèrent corrompre par la douceur satinée de ses cuisses. A leurs côtés elle s'initia aux rouages les plus opaques du monde des affaires. Mais le temps jouait contre elle. A Moscou rien n'est éternel. Et encore moins les faveurs du pouvoir. Trop sur de lui, son père ne sut lire les avertissements dans les journaux. Tel homme d'affaire empoisonné au polonium. Tel oligarque forcé de se terrer à Londres. Avec une patience de serpent, le Kremlin se débarrassait de ceux qui avaient aidé à son ascension.

Lorsque vint le tour des Limma, cela fut d'une brutalité sans nom. En l'espace d'une nuit, les services du FSB tombèrent sur les différents avoirs de la famille. La plupart des entreprises furent saisies. Toutes les portes du Kremlin se refermèrent devant le patriarche en déroute. Ses anciens alliés à qui il avait été promis une part du gâteau, lui tournèrent tous le dos. S'en suivi un procès digne des plus grands canulars stalinien, où le seigneur blessé – juste l'ombre de lui même – fut accusé tour à tour d'évasion fiscale, de pornographie infantile et même d'être un agent dormant des Etats Unis. Direction la Sibérie et ses prisons dont ne sortent que des cadavres.

Seule à se tenir encore droite au milieu de cette déroute aux accents de tragédie antique, Viveka fut alors approchée par un ancien associé de son père. L'homme se présenta comme son parrain occulte. Il avait en sa possession d'anciens accords secrets – sortes de dettes de sang – que jadis le jeune patriarche Limma avait passé afin d'asseoir sa fortune. Le marché était simple. En échange de l'appartenance corps et âme de Viveka, il s'engageait à l'aider à rebatir son nom et son influence. C'était cela où dépérir dans la misère la plus crasse. Viveka aux abois accepta. Et sa transformation fut d'un sadisme inoui.

Mais tel était le prix de sa renaissance. Adoubée vampire du clan Oligarque, elle s'échappa pourtant rapidement du carcan de leurs traditions feutrées. Elle était comme une louve blessée et enragée. Trop avide de tout, tout de suite. Son maître et mentor – conscient de son potentiel - ne chercha pas à la brider. Au contraire, comme l'on souffle doucement sur des braises, il l'aida à s'embraser. Il était enfin ce père qu'elle n'avait jamais eu. D'une cruauté aussi exquise que aimante avec elle. A son contact – dans cette haine que bien vite elle conçu à son encontre – elle devint enfin femme.

Et qu'elle femme ! Véritable diva des affaires à l'appétit sans limite, elle fit de sa jeunesse une force. En Russie, les Oligarques ont la main mise sur le territoire. Ils en contrôlent l'industrie, l'exploitation minière, l'acheminement de gaz et même l’immobilier. Mais il est encore un domaine vierge qui échappe à leurs lentes et manipulatrices attentions centenaires. Celui de la finance dématérialisée et décentralisée.

Crypto-monnaies. Web 2.0. Autant dire du chinois pour ces bêtes à sang froid que sont les Oligarques. Et pourtant un marché qui en moins d'une dizaine d'années est passée du simple ordinateur d'un geek, à une capitalisation de plusieurs trillons de dollars. De toute l'histoire de l'humanité on a jamais vu pareille ruée vers l'or. Et cela dans l'anarchie la plus totale. Un véritable far-west virtuel. En quelques clics des milliard s'échangent sur d'éphémères plate formes de trading. Ni banque centrale, ni régulation. Juste le pur et élémentaire pouvoir du marché. Vendre quand le prix est haut. Acheter quand le prix est bas. Empocher le bénéfice. Et recommencer. Jusqu'à l'ivresse. Jusqu'à l'extase. Et si le fisc débarque, il n'est pas besoin de s'enfuir avec une mallette de billets. Non, il suffit de fourrer une simple carte SD dans son string et de franchir en toute impunité les douanes. Devenir riche n'a jamais été aussi facile.

Voilà donc le monde de Viveka. Celui d'un univers purement virtuel où l'argent comme doué de raison divine n'en fait qu'à sa tête. Ses traders sont des adolescents accrocs aux jeux vidéos, qui enfermés dans des squats de banlieue, fument des joints à longueur de journée tout passant des ordres de marché à la vitesse de l'éclair. Une véritable armée de l'ombre que Viveka met au service de clients peu regardants et pressés de blanchir de l'argent mal acquis. Le business est simple : vous lui versez plusieurs millions, elle les injecte dans cette grande lessiveuse qu'est l'order flow crypto, et en quelques semaines, quelques mois, ces mêmes millions ressortent aussi propre que des sous neufs. Avec au passage un confortable bénéfice sur lequel Viveka empoche sa commission. Et bien entendu tout ceci est parfaitement anonyme.

Trois ans déjà que Viveka a pleinement embrassé sa nature de bête nocturne. Enfin, elle – où plutôt son allias virtuel Akhenaton – est enfin respectée. Reprenant à son compte les anciens réseaux de son père elle s'est accoquinée à la pègre de Saint-Petersbourg. Dure en affaire, sans pitié avec ceux qui osent parasiter ses plans, elle reconstruit doucement son influence passée. Plus libre qu'elle ne l'a jamais été elle se prépare sûrement à la confrontation avec les Oligarques. Rebelle ? Un peu. De cette jeune génération de vampires qui refuse à ce qu'on lui dicte sa nuit. Merde au Kremlin, merde à ces aristocrates immortels qui lui réclament l’impôt de sang. La Russie est un chaudron en pleine ébullition. Jadis la vague rouge enfla depuis les rues. Aujourd'hui c'est du web, de ces forums anonymous et autres mix-net que partira l'étincelle. Et soyez sure que Viveka sera là. Placée. Prête à profiter du chaos qui ne manquera pas d'en découler. Akhenaton le pharaon maudit fut chassé de Thèbes par les prêtres parce qu'il remettait en cause l'état polythéiste et obscurantiste du monde. Exilée de Moscou par l'ire d'un pouvoir aux abois. C'est à Saint-Petersbourg que Viveka a posé les premières pierres de sa nouvelle capitale virtuelle ; siège d'un Empire dématérialisé qui mène ses campagnes à travers la blockchain.
Répondre
cron