Une proie endormie


Ce forum est tout entier consacré à la création de personnages. Consignes pour vos fiches, conseils, mais aussi registre des avatars.


Messagepar Deva Kalpana » 13 Juin 2018, 20:38

Deva Kalpana


Image


Le goût du sang ne m'a jamais été aussi dégueulasse que depuis mon arrivée dans la Ville.


Fiche d'identité


NOM COMPLET DU PERSONNAGE : Deva Allegra Kalpana

AGE : 20 Ans

ASCENDANCE, FACTION et RÔLE : Je suis une proie livrée à elle-même dans une réalité imaginaire. Nostalgique de mes figures parentales et amicales, une âme errante et désespérée de revoir ses souvenirs, mon quotidien est un maigre fil sinueux sur lequel germe les dangereuses et décadentes épines du destin. Je la distingue facilement, cette ambre qui émergea comme une lueur salvatrice de l’ombre de mes doutes et de mes peurs. Et j’ai pu voir dans cette pierre, aussi distinctement que mon reflet dans un miroir, cette perspective d’avenir : je suis une presque psychiatre. Presque ? Capricieux, le destin ne m’avait guère laissé d’autres choix que de quitter, un peu trop tôt, une réalité pour en rejoindre une autre.

Eveil et Magie

Pourquoi eux ? Pourquoi, moi, suis-je restée sur la touche ? Plusieurs longues introspections ne purent répondre à mes questions intérieures. J’ai espéré, mais je n’espère plus, l’impalpable m’attirait, mais il ne m’attire pas. Plutôt que de me concentrer sur ce que je n’aurai probablement jamais, j’ai préféré venir en aide aux crieurs, aux égarés et aux souffrants mentaux. Une ironie, lorsque l’on sait que le but de ma faction est la destruction, mais une ironie cynique lorsque l’on souhaite soigner. Jusqu'à maintenant, je suis vierge de tout éveil.

Description

Vêtue d’une robe sans âme dans la pénombre de la nuit, face à face avec une fourmi apeurée, la poitrine en forme de pomme violemment accablée et tordue contre le sol par le fléau social de la Ville. La sueur suintait de tous les pores de mon épiderme blanche mouillée, mes narines prisent par les mauvaises odeurs environnantes, j’avais cette désagréable sensation de haut le cœur, cette puissante envie de vomir qu’il me fallait combattre. Mes vêtements s’étaient liés à ma peau et mes cheveux foncés se tordaient sous une pluie torrentielle, eux qui sont d’habitude si lisses.

Une proie parmi les proies.

Si seulement je pouvais être une simple fourmi à laquelle nul ne prête attention, une fourmi que l’on se contente d’écraser sans vergogne. Si seulement je n’étais pas ce que je suis, une femme mesurant un bon mètre septante sans extensions, une habitante de la Ville endormie, alors peut-être que j’arriverais à disparaître pour vivre une vie loin de mes tracas quotidiens ?

L'évaporation. La disparition. L'évasion. Rêver.

Des idéaux que je n'ai jamais su atteindre chez moi et que je pensais pouvoir toucher du bout des doigts en entrant dans la Ville. D'une certaine façon bien malsaine, j'ai eu ce que je voulais. Je me suis évaporée du conteneur, j'ai disparue des radars, je me suis évadée de la réalité et aujourd'hui je rêve dans un monde qui mélange conscient et inconscient.

La survie, une terrible et interminable plongée en enfer, il ne s’agissait plus d’émissions bidons ou de miséreux puants couchés dans une vieille ruelle, il s’agissait de moi, c’était à mon tour d’être enjambée par la vanité des privilégiés, c’était à mon tour de subir et d’haïr le destin. Réduite aux supplications, je rougissais de honte devant mes actions honteuses pour obtenir un bout de pain ou une pièce qui était délaissée dans un porte-monnaie trop plein. Voilà pourquoi, après avoir été en contact avec l’Ambre, je mendiais dans leurs quartiers, faussement éveillée par de vains soupçons d’espoir, d’une vision d’une main tendue et bienveillante.

Il paraît que j’ai ses yeux, le même marron profond et envoûtant que celle qui me donna jadis la vie. J’espère qu’ils ne sont pas liés, nos yeux, je n’aimerai pas qu’elle voit ce que je vois, cette Ville noire, sinistre, oppressante et terrifiante.

Maman, papa, petite sœur et grand-frère, suis-je morte ? Malheureusement, si je ne le suis pas, je crains avoir trouvé pire...

La Ville et ses Seuils

La fin d’une année, d’un apprentissage rigoureux et journalier. Avant de recommencer un nouveau cycle, nous avions décidés de fêter nos réussites, nos joies, nos défaites, nos tristesses, nous avons décidés d’être formidable avant de redevenir forminable à cause de l’alcool ingérer en trop grosse quantité. Augmenter le volume de liquide pour s’y plonger afin d’atteindre une surface plus haute, avant de s’engager dans une pente glissante et de se noyer.

Nous étions jeunes et notre apprentissage ne nous rapportait pas de quoi troquer l’alcool. Un bar piteux dans une ruelle que nous n’avions jamais aperçu auparavant. C’était mieux que rien. Ce besoin de décompresser, de grimper et de tomber, nous l’avions vécu encore et encore, tout s’était toujours bien déroulés, alors pourquoi cette fois changerait des autres fois ? De toute façon, le danger ne nous faisait pas peur, au contraire, nous étions accrocs à l’adrénaline. Le cœur qui bat vite, de plus en vite, le temps qui semble ralentir, le sang qui chauffe et les hormones en ébullition, les émotions trop fortes pour une seule personne.

Aller dans ce lieu, c’était mon idée. J’ai posé mes phalanges sur la clinche de la porte en bois, long et crispant bruit grinçant signalant notre arrivée à la place d’une sonnette qui ne fonctionnait vraisemblablement plus. Les réparations devaient certainement être trop nombreuses pour le gérant, qui au vu du bâtiment et de son emplacement, ne devait pas avoir une clientèle se poussant à l’entrée, d’ailleurs, nous étions les seuls clients de cet établissement qui devenait plus lugubre à chaque seconde passée. Cependant, moi cette ambiance solitaire et feutrée, ça me branchait bien, je m’y sentais comme un poisson rouge dans son bocal, une légère et lourde musique qui ambiançait le lieu, une lumière obscure qui peinait à éclairer la salle et des vieux meubles en bois rustiques qui me rappelaient mes dernières vacances chez mes grands-parents.

Un seul verre, disaient-ils avec une conviction la même que celle d’il y a une heure, lorsqu’ils m’ont demandés tout enjoués de les accompagnés pour fêter. Toujours la même chose, ce même chaos qui définit ceux de mon espèce, fluctuants et inconstants, logique discordante et soumise aux sentiments. Moi je ne suis pas comme ça. J’ai acquiescé et après ce premier verre ils sont tous partis en me laissant toute seule. J’ai continué à grimper moi, je voulais tomber lourdement de plusieurs mètres et pas abandonner en cours de randonnée, pas faire comme eux.

Vêtue d’une robe sans âme dans la pénombre de la nuit, face à face avec une fourmi apeurée, la poitrine en forme de pomme violemment accablée et tordue contre le sol par le fléau social de la Ville, je contemplais horrifiée cette nouvelle réalité.

Famille et Histoire

Tout au long des saisons, l’astre de chaleur frappait avec intensité là où je vivais, dans des champs interminables d’oliviers et de raisins qui appartenaient à ma famille, mes parents avaient amassés une fortune de sortes que nous habitions dans un vaste domaine. La famille, une notion très importante chez nous, qui caractérisait tant le lien du sang que celui de la fraternité. J’ai toujours été très fière de mes origines, mon grand-père me racontait toujours de nombreuses histoires sur la Terre où nous vivions, la place qu’avait tenu nos frontières par rapport aux autres. Je l’écoutais avec des étoiles dans les yeux, passionnée par les récits et les mythes. En journée, mes frères et moi nous faisions quelques mètres en vélos pour rejoindre une académie, avant de revenir en fin de journée dans le but d’aider les parents à cultiver les champs. Une vie éprouvante, mais nous étions heureux au point d’embrasser la croix qui pendait à notre cou pour remercier la Déité de nous avoir souri.

Néanmoins je sentais que j’étais différente. La famille ? Peu pour moi, je me gardais bien de reprendre les affaires de mon père et de ma mère, moi je rêvais d’assouvir mes instincts, mes sombres pulsions enfouies afin de me préserver de l’enfermement. L’odeur du liquide rouge m’avait toujours attirée plus qu’il ne le devrait, j’avais envie d’y passer doucement ma langue, en retirer les saveurs ferrugineuses, en observer les nuances les plus gracieuses. Une lutte intense quotidienne contre moi-même, dans une société qui punissait la moindre petite déviance.

Était-ce une maladie comme l’affirmait les psychiatres ou une partie de moi-même comme mon cœur me l’ordonnait ? Je ne pouvais le dire. Le comportement humain m’avait toujours fascinée, j’avais toujours éprouvé une vive attirance pour la folie et j’étais moi-même un étrange spécimen qui portait en elle cette puissante envie de sonder son âme pour en comprendre le moindre recoin. Mon choix d’avenir était écrit dans la pierre.

Cependant cette pierre se fractura tandis que je la transportais dans mes mains. Mains tremblotantes, la pierre se heurta au cadavre froid de mon frère aîné qui gisait dos contre le sol, dans une mare de sang qui m’hypnotisait. La famille était une notion très importante chez nous. Penchée contre lui, mes dents grattaient avec vigueurs pour retirer une infime partie de cet homme, avant d’être vue, d’être prise en flagrant délit par la personne qui comptait le plus à mes yeux, mon grand-père paternel. La descente spirituelle aux enfers, aussi rapide qu’intense. Malgré tout, jamais il ne me dénonça pour cet acte qui ne s’était plus jamais reproduit.

RP introductif


Derrière le masque (facultatif)


PSEUDO, PRENOM, SURNOM ? : Ange

COMMENT AVEZ VOUS CONNU C.K ? : Top

DES REMARQUES, DES QUESTIONS ? : Niope :3
Image
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13
L'Ascendance: Je suis la Proie des ruelles



Messagepar La Collectionneuse » 13 Juin 2018, 21:12

Oh, oui, une Ambre ! Une Sœur ! :hug: Bienvenue ! C'est un très beau début ! Depuis que je suis là (même si ce n'est pas longtemps avec mes autres moi), les Proies ne sont pas légions et ça fait plaisir d'en voir une ! Je te souhaite une bonne inspiration pour la suite de ta fiche ! :kiss:
Image
Avatar de l’utilisateur
Maison Ambre
 
Messages: 114
L'Ascendance: Je suis Natif de la Ville
Catalyseur: Son sang
Pouvoir: Télépathie/Télékinésie/Lévitation
Âge: Indéfini et indéfinissable
Statut: Gérante d'un Cabinet de Curiosités en Ambre



Messagepar Deva Kalpana » 13 Juin 2018, 21:24

Merci :) Au début, elle devait être éveillée, mais je trouvais plus intéressant de commencer au sol et, en rp, qui sait, peut-être grimper un ou deux échelons :P
Image
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13
L'Ascendance: Je suis la Proie des ruelles



Messagepar Nalia Sambre » 14 Juin 2018, 09:35

Bienvenue sur le forum mademoiselle ^^
Jolie début de fiche. Je ne peux qu'applaudir le choix de faction hihi c'est la meilleure :heart:
Et également audacieux de choisir une proie.
Si tu as besoin d'aide hésite pas à contacter le staff.
Image
Avatar de l’utilisateur
Administrateur du site
 
Messages: 1662
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Pouvoir: Magie de sang / Succube
Âge: 25 ans



Messagepar Vhaal O'Doherty » 14 Juin 2018, 11:14

Coucou et bienvenue !

J'aime beaucoup le fait que ta personnage soit une proie. C'est audacieux ! Mais c'est vraiment génial, permet de voir la Ville d'un autre oeil. Puis, comme ça, si un jour tu as envie d'Eveiller ta personnage à la magie, tu auras tout le loisir de le faire en jeu. Et ça pourrait être super à lire. :nyu:

Comme ta fiche est assez remplie, et que tu as signé le règlement, je te donne les accès. Tu peux lire la partie RP, et surtout, surtout, flooder ! Pour commencer à te faire une place.

Si jamais tu as des doutes, des questions, il ne faut pas hésiter. A la suite de ta fiche ici, sur la CB, ou même par MP. Kapine et moi prendrons le temps, se ferons une joie de te répondre. :heart:

Bonne inspiration pour la suite de ta fiche !
Avatar de l’utilisateur
Administrateur du site
 
Messages: 5892
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes



Messagepar Deva Kalpana » 14 Juin 2018, 18:10

Coucou ! Merci à vous pour l’accueil :)
Image
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13
L'Ascendance: Je suis la Proie des ruelles



Messagepar Agonist » 14 Juin 2018, 18:38

Du sang frais !

Bienvenue !

J'aime beaucoup les tournures de ta fiche. Et l'étude du "pas éveillée" au milieu de monstre. C'est un concept peu vu sur le fofo !

Bon courage pour la fiche !
Avatar de l’utilisateur
Maison Amethyste
 
Messages: 44
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Catalyseur: Main gauche éventrée par une cicatrice rougeoyante
Pouvoir: Magie de sang, secrets puisés à même la gorge
Statut: Notaire pour Dynasties tordues.



Messagepar Vindikta Boylenero » 14 Juin 2018, 21:54

Bienvenue toi ! :pur: Une proie en Ambre, c'est culotté ! J'aime bien ce début de fiche. Ta plume est géniale et s'accorde bien à l'ambiance noire de la Ville. C'est génial, tu aura certainement plein d'opportunités pour faire évoluer ta personnage. Je te souhaite bon courage pour la suite de ta fichette, si ta des questions, hésite pas, on est dans le coin ! :hug:
Avatar de l’utilisateur
Maison Rubis
 
Messages: 440
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Catalyseur: Pendentif de gouttes argentées
Pouvoir: Possédée par un démon félin/Élémentaire de foudre
Âge: 28 ans.
Statut: Marraine Boylenero/Régente du Rubis



Messagepar Deva Kalpana » 14 Juin 2018, 21:58

Mooh ! *Rougit* Merci =w=
Image
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13
L'Ascendance: Je suis la Proie des ruelles



Messagepar Deva Kalpana » 15 Juin 2018, 23:05

J'ai terminé ! Merci pour la correction de la fiche :P
Image
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13
L'Ascendance: Je suis la Proie des ruelles



Messagepar Vhaal O'Doherty » 16 Juin 2018, 09:59

C'est tout bon pour moi !

Je ne sais pas laquelle de nous te donnera ta mise en situation (pas de panique, ce n'est qu'une petite mise en ambiance, à laquelle il faudra répondre comme à un RP normal). Mais en tout cas, tu l'auras aujourd'hui ! Sans faute ! :heart:
Avatar de l’utilisateur
Administrateur du site
 
Messages: 5892
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes



Messagepar Agonist » 17 Juin 2018, 20:37

C'était l'une de ces nuit, où le brouillard pesait sur la Ville, où l'horizon barré par les hautes flammes polluées des torchères Ambre, avait des allures d'incendie lointain. Peu de gens dehors en ces heures, et les rares silhouettes croisées à la lumière blême des réverbères avaient toute quelque chose de monstrueux, d'incertain. Au pas de Deva, les ruelles anonymes se succédaient. Toutes plus profondes, toutes plus inquiétantes, avec leurs demeures à l'abandon, leurs pavés déchaussés, et l'écho murmurant du vent agitant les tourbillons de brume.

Au début ce ne fut qu'une effluve légère, et puis en approchant le parfum se précisa, s'enrichit, sembla même s'épaissir. Du sang. En grande quantité. Vif et odorant, si chaud dans cette humidité, que le brouillard qui ondulait entre les toitures bancales semblait en être coloré, presque rosé. Du sang. Un meurtre. Quelque chose qui aurait du se dérouler loin des regards, au plus profond d'un entrecroisement architectural, sans l'ombre d'un passant. Mais que Deva venait de déranger de par sa simple présence. La Ville était comme cela, à ouvrir les mauvaises rues devant vous et à vous égarer, selon de sombres et cryptiques desseins.

Un homme où plutôt fallait il parler d'une bête, était en train de faire festin d'un autre. La scène avait quelque chose de cauchemardesque, avec cet unique réverbère dont la flamme peinait à percer la brume et cette odeur entêtante, vive et nourrissante, du sang versé en abondance. Sur le mur, l'ombre du meurtrier était sauvage et grotesque, celle d'un oiseau de proie agenouillé sur une dépouille, avec un profil busqué, cruel, et le cou décharné d'un vautour. Un animal qui dévorait, suçait, plantait ses crocs dans une gorge fragile, avec un plaisir évident, une tendresse malsaine.

A l'approche de Deva il se releva de son carnage, visiblement géné d'avoir été surpris en pareille position. Les regards de la proie et du chasseur se croisèrent brièvement, en silence. L'homme avait des yeux noirs que sa magie teintait d'éclats rouges et obscurs dans le brouillard. Il ne disait rien, mais sa barbe était poisseuse, et du sang en gouttes épaisses et mielleuses suintait de son menton. Tuer l'intruse. Un bref instant ce fut comme s'il avait pensé à voix haute. Son hésitation menaçante devenant palpable, froid et métallique comme une lame de poignard glissant avec sensualité le long de l'échine de la misérable intruse.

Et puis non. Pour ce soir il avait son compte. L'on entendit un battement d'aile, et un bref instant la lumière du réverbère fut masquée alors que quelque chose de massif prenait son envol. Lorsque la lumière revint, de prédateur il n'était plus question. Disparu. Enfui. Ne demeurait dans cette ruelle aux pesantes façades aux volets cloués que Deva et la victime agonisante. Un jeune homme qui rampait en sa direction, se traînait en se brisant les ongles de façon implorante sur les pavés, alors qu'une main pressée sur sa gorge il cherchait à arrêter l’hémorragie.

« -S'il vous plait. S'il vous plait. Je dois aller à l'hopital. Aidez moi. J'ai si...froid »

Bredouillait il d'une voix humide qui faisait éclore au coin de ses lèvres de petites bulles de sang.


Et voilà pour ton test !

Comme un Rp classique auquel tu réponds de la façon que tu souhaites. Et si tu as des questions, je suis à ta disposition :)
Avatar de l’utilisateur
Maison Amethyste
 
Messages: 44
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Catalyseur: Main gauche éventrée par une cicatrice rougeoyante
Pouvoir: Magie de sang, secrets puisés à même la gorge
Statut: Notaire pour Dynasties tordues.



Messagepar Deva Kalpana » 19 Juin 2018, 14:13

Hey un grand merci pour le rp Agonist il est top !
Je réponds dés que je peux, je suis pour le moment un peu prise par mes études, j'ai des gros examens ^^ Je serai donc un peu retardée de pas grand chose :P
Image
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13
L'Ascendance: Je suis la Proie des ruelles



Retourner vers Fiches de Personnages



cron