Re: Citations en or

#106
Personnellement je ne savais pas trop quelle partie citée (mon éternel problème qui fait que je post si peu ici :sad: ) mais le texte m'a laissé tout rêveur aussi :nyu: J'ai beaucoup aimé sur le plan stylistique j'ai beaucoup aimé la répétition en début de paragraphe (je ne sais jamais si c'est une épanaphore ou une simple anaphore, ou encore un autre dérivé ><), sans lourdeur, sans impression de "carcan" (que je ressent souvent très vite avec cette figure à l'écrit), mais au contraire qui nous entraîne dans un superbe rythme textuel :nyu:

Bref je suis fan :pinkheart:
Image
Spoiler:
Image
Image
Image

Re: Citations en or

#107
Oh mon frérot d'amour c'est vraiment adorable !! :kiss: :hug: :you:
Merci beaucoup pour la petite citation et tous ces compliments ! :nyu:

Je suis ravie de voir que ma plume puisse plaire ( le bac n'est pas si inutile que ça :question: ). De plus, c'est un réel plaisir de jouer Eirween, j'aime écrire et elle m'inspire énormément ! J'espère que mes prochains postes seront accueillis avec autant d'enthousiasme !! :danse:

Re: Citations en or

#108
PHALÈNE VOLANTIS : Jeux interdits [Eirween] Je ne vais pas essayer de mentir, j'ai toujours été amoureuse de la plume de Kap, mais ces derniers temps, avec Phalène, je trouve qu'elle a encore gagné en beauté, en profondeur. Dans ce texte-ci, enfantin et si profond pourtant, j'ai été totalement pris dans l'univers de Phalène, un univers tout différent de la réalité kravtienne, auquel on a envie de croire.

J'ai hésité un moment sur le passage que j'allais citer, parce que j'ai aussi beaucoup aimé la fin, quand il accueille Eirween sans même se retourner, avec une figurine à son effigie toute prête dans son sac... ça donne envie d'en voir plus, de savoir pourquoi il a cette figurine, s'il l'a vue venir en rêve, si la rencontre était prévue, s'il a conscience que, quand même, il a tué le papa de la belle dame licorne, ce que ça va donner... bref je veux la suite :nyu:

Mais finalement j'ai choisi ce passage-ci, dans le corps du texte, parce que je trouve la scène géniale, parce que Phalène est tout mignon, parce que j'avais en le lisant un sourire tout à la fois charmé et amusé de voir comment l'innocent Phalène voyait la forteresse de l'Onyx et tous les protagonistes, réduits au rangs de vilains se mettant entre lui et la douce Lili... c'était amusant, et à la fois si mignon, et si beau à lire -et puis le "rawr" :nyu: ... bref je vous laisse juge <3 Moi, je suis fan :pinkheart:


Le petit elfe s'était assis en tailleur au milieu d'une prairie de neige fraîche. Une paire de grands anges de pierre, aux visages effacés par l'érosion, veillaient sur lui. Sans ôter ses grosses moufles de fourrure, Phalène avait commencé par sculpter dans la poudreuse, une grande forteresse blanche. Cela l'avait occupé une bonne heure. Mais il était habile de ses mains. Très concentré. Et parfois, lorsque l'effort de réflexion était trop intense, il lui arrivait de darder d'entre ses lèvres purpurines, la pointe de sa petite langue rose. C'était un beau château. Le parfait décor pour se raconter mille légendes. Satisfait par son chef d'oeuvre. Sans prendre le temps de l'admirer. Il avait ensuite renversé son sac, pour éparpiller tout autour de lui l'armée de ses petites figurines. Il y en avait des dizaines. Toutes ciselées avec soin par le garçon, à même l'ivoire jaunie, d'ossements dérobés aux cryptes Saphir. « -Il était une fois Princesse Lili, enfermée au sommet de la plus haute tour, du plus grand château... » Commença à murmurer pour lui même l'angelot en déposant avec soin, la représentation miniature de sa jeune amie Onyx tout en haut de son donjon de glace. « -Mais elle était gardée par de vilains loups noirs » Et de nouvelles figurines aux visages des Wolfcraft, furent placées avec soin aux portes des murailles étincelantes. « -Et par un vilain Dragon noir... » Une petite Valériane, avec de grandes ailes charbonneuses, fut ajoutée dans la cour. En manipulant le tout petit monstre écailleux, le garçon faisait d'étranges bruits de gorge. Des grognements qui se voulaient terrifiants. Le célèbre : « -Rawr ! » du dragon. « -Mais le plus méchant de tous, était un affreux musicien démon. Tout bossu. Tout pas beau. Qui sentait la cendre... »
Image
Spoiler:
Image
Image
Image

Re: Citations en or

#110
Viiii Phalène c'est une mini mousse au pamplemousse :nyu:

Faut pas lui faire de mal :uhu:

Merkiii Wiwine :you: ; heureuse de voir que l'ouverture plaît !

C'est de la faute à Eirween aussi, elle m'avait fait des menaces par MP. Du coup forcement j'ai essayé de l'amadouer :face: pour qu'elle joue avec moi.

Re: Citations en or

#112
EIRWEEN VOLANTIS : La Princesse et la Putain Eirween est juste juste... juste voilà, trop bien, trop bien jouée, trop bien écrite... cette façon dont, après avoir percé de son regard hivernal, tous les secrets des rêves, elle abat ses cartes une à une, ça m'a fait frémir... d'ordinaire je fais de longs commentaires de citation mais là je suis sans mots, je vous laisse donc juges, et je me contente de déclarer mon amour pour cette plume :pinkheart:

Tu décides de te lever pour rejoindre la fenêtre. Dehors, le soleil des premiers jours de printemps illumine les jardins académiques. « Et je suis forcée de constater que tu as beaucoup de secrets à cacher. » Dos à elle, tu continues d’étudier la façon dont les rayons de l’astre se reflètent sur les premières pousses printanières. Tu laisses entre chaque prise de parole planer ce silence dans lequel tu vis depuis trop longtemps. « L’Hiver va me manquer… Un soupire. « Mais je le verrais l’année prochaine. Brusquement tu te retournes. Le lapis-lazulis gelé de tes iris transperce avec hostilité le regard émeraude de la catin. « Je ne pourrais en dire autant de ta Louve protectrice… A nouveau tu flottes gracieusement de la pièce jusque-là petite table. Tu te penches pour prendre la bouteille d’eau, rapprochant ton visage de celui de la jeune fille. Sans ciller. Sans détourner le givre qui danse sur tes prunelles. « Ni de ton ami… Régicide. » La véhémence dans ta voix trahit la neutralité de ton regard. Tu te redresses et verses un peu plus d’eau dans ton verre sans jamais la quitter des yeux. « Je sais. Alors ne nie pas. Ou ton musicien ne pourra plus te serrer dans ses bras. Jamais. La température dans la chambre n’a plus rien de chaleureux. Mais le froid ne t’ébranle pas, il est une partie de toi. C’est Hiver qui parle. C’est Hiver qui ordonne.
Image
Spoiler:
Image
Image
Image

Re: Citations en or

#113
Oh Alwine !! :nyu: C'est tellement gentil ! Tu me combles de bonheur !! :rabbit:

Je suis vraiment touchée que ma plume puisse autant plaire. :you: Vraiment, je ne le dirais jamais assez mais j'adore Eirween, j'adore Clan Kravt et c'est vraiment un plaisir de participer à cette aventure ! :danse:

Et je te l'ai répété maintes et maintes mais tu sais que je t'aime beaucoup beaucoup beaucoup ! :hug:

* La couvre de calinoubisous * :kiss:

Re: Citations en or

#114
DUNCAN JOYCE : Le moindre grain de sable et les rouages bloquent Duncan a beau être pétri de rituels, d'habitudes. Presque un coeur d'automate. Je trouve ses RPs très rafraîchissants à lire. La plume qui l'anime n'hésitant pas à bien renfoncer le côté déshumanisé. Et c'est parfois très drôle, d'imaginer notre pauvre héritier à la vie si bien réglée forcée d'exister dans une ville aussi chaotique.

"-Tous les nutriments dont mon corps à besoin pour fonctionner sans soucis.."
"-Je tique. Ma langue claque contre mon palais. Agacement. Le mien. Je me sens faible. Je me sens Humain."
"-Toutes ses courbettes me donnent habituellement mal au cœur. Façon de parler, comme si j'en avais vraiment un, enfin si mais je me comprends."
"-Mais ça ne m'étonne pas. Et puis je suis .. Mh..Quel est le mot déjà ? Ah oui.. « Content »"

Re: Citations en or

#115
Contente que ma façon de jouer te fasse plaisir et que ça soit rafraîchissant!!

J''aime beaucoup ce personnage, je ne peux que remercier la personne qui l'a créé pour que je puisse le jouer <3

Re: Citations en or

#117
CASSANDRE : Dream and Desire Deux plumes magistrales se rencontrent pour la première fois dans ce magnifique début de topic, une vraie beauté, une immersion dans la délicatesse, le raffinement, la poésie et le rêve, à lire absolument et bien sûr, à corps et à cri, nous réclamons la suite !


" La femme même nue portait toujours son bouclier, un bouclier de chair qui reflétait les gouttelettes sur une peau tendre. Toutefois, il lui semblait que cette égide devenait lourde, se changeant en pierre, étouffant ses os, ses muscles et ses organes vitaux comme si elle tentait de broyer le corps pour extraire l’être. L’eau, telle l’époque, devenait trouble par l’agitation. Des choix. Il fallait faire des choix. Mais quels choix ? Le disque crissa une deuxième fois. La femme sentait les brumes, véritables pieuvres aux tentacules, racler son âme. Même en agitant les bras pour se défendre, les éclaboussements ne chasseraient que des rats, pas des ombres. Quelle solution subsistait-t-il lorsqu’il fallait se défendre contre soi-même ? "

Re: Citations en or

#119
Katyusha : Transsiberian Je ais me répéter mais la plume de cette nouvelle venue est tellement somptueuse, c'est un régal délicieux. On est vraiment emporté par la merveille de ton art, le délice du voyage à travers les steppes éternelles de la Russie. Fluide, captivant, émerveillant, ta fiche est remarquable, très bien construite puisqu'on sent que tu maîtrises ton sujet. Les descriptions sont saisissantes et je me demande même si tu n'as pas déjà été en Russie tellement on s'y croirait, tant ça fait rêver.

Le personnage est tout aussi intriguant, mystérieux et fascinant, son amnésie lui confère une aura trouble qui pique la curiosité et qui permet de s'y identifier avec plaisir. J'adore la finesse de ce personnage, humain, réel, si proche et crédible que c'en est déroutant, une magnifique réalisation.



" Elle est Russe. Une âme de fer, qui jamais ne ploie et dont le prolongement de la volonté s'accroche à la crosse d'un lourd pistolet. La réponse à ses craintes est un Tokarev T33. Un pistolet automatique, aux mécanismes bien huilés. Les huit balles de calibre 7.62 dans le chargeur suffisent généralement à l'apaiser. Il dort sous son oreiller. Veille sous le matelas, même lorsque ce dernier couine sous les assauts de clients envahissants. Jamais elle n'hésite à s'en servir. Expédier un projectile à haute vélocité dans le torse d'une menace, ne lui demande pas plus d'effort que presser la détente de son appareil photo. Sauf qu'ici le flash de poudre noir n'accouche pas de lumière romantique mais de quelques grammes de métal, qui expédiés à vitesse supersonique, apportent le silence et la paix. "

Re: Citations en or

#121
MALIKA : Coincidence ? Maybe not Elle est adorable, cette petite chatte aux airs sauvages dont la plume est agréable à lire, et plaisante à l’œil. Et la façon dont le quartier Ambre est décrit ne me donne qu'envie de voir cette petite voleuse évoluer dans chacun des quartiers, afin d'en découvrir une vision, une description poétique en comparaison de l'essence même du territoire rude, presque incisif qu'est le quartier Ambre. En somme, ce sont des mots qui enchantent, paraissent doux et qui, pourtant, décrivent parfaitement le lieu où Malika se trouve.
"Naturellement, elle avance sur les toits bercés par les ténèbres éternels de ce quartier où l'insanité et le péché règnent en maître. Un endroit qui fait fuir ceux qui ne comprennent pas que l'homme possède en lui une part sombre qui ne demande qu'à s'exprimer. Très tôt, ce fut le cas pour cette petite chatte qui a marché dans cette jolie rivière pourpre, ces pétales carmines si électrisante quand la lune vient caresser de ces rayons lunaires. Il lui arrive d'en rêver et d'imaginer les corps tomber sous la puissance de ses coups. [...] Elle suit le murmure de la Mort. La jeune femme l'imagine passer ces vacances en ces lieux de vices où la raison est éloigné laissant place à une folie qui peut devenir mille fois meurtrières. Les démons du péchés frôlent cet endroit en maître laissant leurs paroles sanglantes flirter avec le froid de ces pierres qui n'ont jamais connu la caresse de l'astre diurne. C'est tellement beau. Tellement électrisant et pourtant, tellement effrayant."

Re: Citations en or

#122
CALYSTRIA : Un retour tant attendu C'est vraiment un très beau RP. D'une passion crue. On jalouse la complicité entre ces deux plumes et la profondeur sulfureuse de leur lien. Cela se dévore avec une perversion un brin voyeuse.

" La fièvre de savoir que l'on garde le contrôle en tout circonstance, que d'un simple mouvement de hanche on peut plier une volonté à accepter tous les vices. Cette sensation enivrante de puissance qui nous envahis lorsqu'on parvient à modeler un être à nos moindres désirs. Cette simple pensée m'arrachait un soupire fiévreux. "

Re: Citations en or

#124
Roh merci beaucoup Dramira, je suis très touchée que ma plume te plaise, j'avoue que je ne m'y attendais pas du tout :oops: La chose m'est venue spontanément, je ne fais que suivre une ligne directrice de la description des lieux, je l'imagine et je la peaufine à ma manière en y ajoutant un minimum de poésie :nyu:

Re: Citations en or

#125
SESTHIA : Une requête pour une enquête à venir Je suis totalement scotché par la réponse, des descriptions juste terrible, une profondeur du personnage qui donne envie de creuser encore et encore et de parvenir à faire tomber le masque. Je n'ai pu choisir qu'un passage même si j'avais envie de citer toute la réponse. J'en perd mes mots pour vous dire tellement cette description des sensations est juste fabuleuse. Juste un mot : Whaou !

Extrait:
"La vue était brouillé, ne restait que les sensations, déplaisante, féroce, avide et froide. La peur d'abord, la douleur ensuite et puis finalement l'horreur de la situation. Je sentis l'intrusion comme si je la subissais moi-même. Mon empathie me faisait revivre parfaitement le souvenir. Je sentais mon corps se déchirer, mes larmes salir mes jours alors que mes mains s'écorchaient sur cette pierre dur. Mon cœur se serrait inexorablement, mon corps se rebellait et sans que je ne m'en rende compte, trop pris par les sentiments de ces souvenirs, ma main se serra sur la plume que j'avais dans la main, elle serra si fort que les motif de la plume me rentrèrent dans la peau, la mordant et l'entaillant sévèrement. "
Image

Re: Citations en or

#126
Eh bien je sais pas quoi dire. J'ai l'habitude de jouer l'empathie, mais il faut dire aussi que ta description amenait forcément à une réponse sympathique. En tout cas je suis contente de ça te plaise.
J'ai juste un petit truc à dire. C'est Sesthia et pas Sethia^^
Merci en tout Caly, je suis contente que ça te plaise ^^

Re: Citations en or

#128
ARTHUR HELDERS : Phantasmagoria De sombres poésies qui étreignent le coeur et forcent l'empathie, des souffrances romancées aux sombres mélodies, l'esprit torturé des membres de la faction Emeraude qu'il est admirable de découvrir dans ce topic là sous la délicate plume émotive d'Arthur Helders :


"Ses yeux sont rouges. Gonflés. Ils lui font mal. Et les larmes coulent sur ses joues. Parce qu'il pleure. Les souvenirs sont douloureux. Ils le blessent. Ils ne sont que coups mortels. Dans son cœur. Dans son esprit. Ils le déroutent. Le déboussolent. C'est pour cela qu'il pleure. Parce qu'il subit un trop-plein d'émotions. Et il ne peut pas le supporter. Il n'arrive pas à l'assumer. Les sentiments sont trop forts. Trop intenses. Et les souvenirs trop douloureux. Beaucoup trop. C'est un pan de sa mémoire qui est revenu. Une période dont il ne veut pas se souvenir. Une qu'il a voulu oublier. A tout prix. Ses souvenirs contre sa santé. Mentale et physique. De la drogue contre de l'oubli. Des seringues à la place des baisers. Une solitude qui a pris le pas sur les embrassades. Alors il a peur. De ces peintures. De ces croquis. Il est effrayé. De ce que tout cela signifie. De tout ce dont il pourrait se souvenir. Il a peur de se rappeler. De ne pas tout supporter. De se détester. Pour ce qu'il a fait. Pour ce qu'il est devenu."

Re: Citations en or

#129
GEMME WOLFCRAFT : Vaporeux désirs Elle est vraiment pas mal cette petite Gemme, piquante et authentique dans son caractère sans filtre, sauvage et farouche, fascinante et dangereuse. Le vocabulaire est fort, fier, brut et on est emporté par la fougue de cette plume animale, belle et rebelle :nyu: . Je vous laisse découvrir un petit extrait de la réponse du jour :heart: :


" « C’est parce que je ne suis plus une petite fille Feral… ». Non, en effet la louve n’en était plus une. Elle avait tué. Elle avait aimé. Elle avait souffert. Elle avait baisé. La louve était une femme, une adulte. Elle n’avait plus rien d’une petite fille. Cela faisait quelques mois maintenant, qu’elle ne l’était plus. Elle n’avait plus froid aux yeux et découvrait sans cesse les plaisirs de l’âge adulte. Elle laissa couler son regard sur l’homme lui faisant face puis elle l’écouta à nouveau. A son compliment, elle esquissa un sourire, mais elle attendait d’entendre la suite de son discours. Et la louve n’avait pas tort. Son sourire disparu lorsqu’il acheva son discours. Le mouvement fut rapide, imprévisible. Elle referma sa main sur la gorge puissante du chien et grogna à son oreille de mécontentement. Ce n’était pas une crise d’enfant trop gâtée non. Elle planta son regard dans le sien serra ses doigts d’une poigne ferme et agressive "

Re: Citations en or

#132
Je ne sais presque jamais quoi citer dans un rp si bien que je passe rarement ici mais sinon je plussoie fauvinette génial ce rp de Gemme :nyu: on y retrouve toute sa force de caractère, son intensité, sa fougue, elle y incarne parfaitement la Louve qu'elle est, blanche émissaire du noir dragon :you:
Image
Spoiler:
Image
Image
Image

Re: Citations en or

#135
Yelizaveta V. Stanford : Combien vaut une vie ? Personnellement, je suis une grande fan des descriptions et des ambiances de jeu alors quelle jolie surprise que de découvrir l'introduction au topic avec Baïeslav Zdorovega, de Miss Stanford !

J'aime bien la sensualité de sa présence et le raffinement de ses parures, les détails agréables qui soulignent sa beauté et son goût du luxe dont voici un petit extrait, mon préféré dans ce texte. Je pense aussi qu'une ouverture comme ça, lisse et délicate sera d'un saisissant contraste avec la réponse du russe plus brut et sauvage, un joli choix je trouve :heart: :


" La jeune Rubis profita de cette visite dans la grande bijouterie pour s'offrir un collier de perles nacrées qui contrebalançait à merveille avec sa robe pêche, création unique pour une demoiselle qui l'était tout autant, et qui s'accordaient avec ses chaussures, escarpins blancs laissant apparaître ses orteils aux ongles finement vernis d'un rosé nacré. Le directeur risqua un regard sur le corps de Yelizaveta, ses yeux courant de ses fins pieds à ses genoux découverts. Le tissu fluide était coupé de manière à être plus long derrière que devant, les pans les plus longs chatouillant ses talons. Il s'arrêta un moment sur sa taille, marquée par une ceinture de soie pêche plissée ; et sa poitrine ferme, élégamment mise en valeur par un bustier finement dessiné, puis il se glissa derrière la jeune femme, ses doigts coururent sur sa nuque chaude, et il attacha le bijou autour du cou de la belle. Le directeur de la joaillerie informa Yelizaveta qu'elle ne devait pas prêter attention au règlement des bijoux, puisqu'ils étaient offerts par les parents Stanford.

Heureuse d'être si joliment parée, la Rubis arpenta la galerie, se délestant de quelque monnaie au profit de robes, coiffes et chaussures qu'elle portait dans des sacs tous plus beaux les uns que les autres, les enseignes rivalisant aussi bien sur le produit intérieur que sur l'emballage extérieur. Ainsi avait-elle accumulé pour plus de dix mille livres de tissus brodés, de robes incrustés de pierres, de chaussures taillées dans les cuirs les plus purs et même d'une nouvelle plume d'écriture turquoise, douce comme la caresse d'une main chaude lors d'une nuit d'été, le corps à demi recouvert d'un drap blanc. "
cron