Re: Citations en or

#321
Esther : More than a game Juste parce que j'aime cette façon d'écrire pour Esther et en quelques lignes de renforcer l'aura de Boréas. Par petites touches, ce prédéfini pas encore joué, se construit pourtant et l'on a l'impression de le connaître déjà. Quelque chose de cinématographique. De scénique. Silhouette austère fondue dans la nuit.

"Et Boreas qui ne disait rien, en véritable arbitre silencieux. Avec cette pluie et ces nuages noirs, il était bien difficile de discerner son visage encapuchonné, surtout avec la manie qu'il avait de se poster hors des faisceaux des projecteurs. N'était visible que ce sifflet aux nervures dorées qu'il portait autour du cou, avec lequel il avait sifflé le coup d'envoi."

Re: Citations en or

#323
Judex Venturus : The forces of the gravity Parce qu'à chaque fois, je découvre Judex. Que la relation avance, toujours avec un naturel qui fait chaud au cœur. Pour une histoire formidable qui est partit d'un rien, les mots me touchent encore beaucoup. Ce personnage est trop attachant, on ne peut que l'aimer. Et je l'aime toujours d'avantage à chaque rp. Parce qu'il a de la profondeur.

"Il entendait l’écho de toutes les fois où on l’avait brisé, où on lui avait fait sentir que s’il ne se retenait pas d’exister, toute personne normalement constituée chercherait à le détruire, ou en tout cas à le fuir. Ce discours de métal aux mâchoires de piège, vestige gravé dans la peau et l’âme de l’assassin, le traversait et venait mordre et blesser Judex, de mille aiguilles douloureuses : j’aurais dû être là plus tôt. J’aurais dû faire quelque chose. J’aurais dû apprendre à mieux parler. Je ne peux rien faire pour toi, au point que tu reprends envers moi la même stratégie que t’ont imposée les autres… je n’arrive pas à dépasser la peur qu’ils t’ont apprise, à parler plus haut que leurs voix fantômes."


***

"Ses yeux brillants se remplirent de larmes d’émotion à son tour : la maison. Ils avaient une maison à eux. Putain, ils avaient des connards de voisins et un facteur et un chemin familier pour aller faire les courses, et ça ne les avait pas fait disparaître comme une erreur dans le continuum espace-temps ! Ils avaient une cheminée devant laquelle passer les soirées froides, et un bout de jardin où prendre le soleil… Tout ça n’était que matériel, mais il le sentait résonner dans un vaste palais intérieur, doré comme les flammes du foyer et rutilant comme des massifs de fleurs à l’infini, qu’ils partageaient de même, dans une autre dimension invisible. Tout ça n’était qu’un symptôme anodin d’un trouble beaucoup plus profond."
Image

For you, i try.
For you, i imagine.
For you, i can.

Re: Citations en or

#324
Esther & Rahan : La Danse des Ombres Et je cite le duo, parce qu'il le vaut bien. Parce que comme l'annonce le titre, ce rp est une danse, à la fois lourde, étourdissante, et pleine de poésie. Il n'y a qu'à lire pour vivre, voir, ressentir, comme si on était là, juste derrière les deux personnages. Et puis ce côté un peu mélancolique, l'ambiance qui colle à la peau, qui humidifie les yeux, un peu. Le gout du danger. Proche. Mais encore invisible. C'est froid. Mystérieux. Inquiétant. Envoûtant.

"Des reflets silencieux, tapis dans sa conscience déchue. Une ombre qui passe devant son regard, fugace. Ce regard si lointain, détaché de cette véritable Ville, qui en vois les abysses de néant. Au plus profond de ces entrailles. Et il se résigne, à sa volonté. Traverse le porche qui l'abrite des lueurs lunaires et bientôt, pénètre dans l'académie. Ses longs couloirs à perte de vues, ses pas résonnant dans l'enceinte."

"Tantôt humaine, tantôt animale, paraissait-elle sous la découpe de l'orage. Son ombre canine se dessinait sur les murs qu'elle longeaient. Ils suintaient la confiance, transpiraient la suffisance des générations d'étudiants. La tête haute, malgré ce qu'elle était, ou n'était pas. Et ce n'étaient pas ses bottes couvertes de boue séchée qui pouvaient entacher sa posture.

– Nous ne devrions pas être ici, j'espère que vous le savez."
Image

Re: Citations en or

#325
Andreas SËYLIS : Fiche (refonte) La fiche a été refondue. Mais la magie de tes mots demeure identique. Ce mélange soigné de sensualité et d'onirisme. De très belles descriptions qui en quelques paragraphes (parfois dérangeants) font revivre la Perle. Toute d'orgie chamaniques aux clairs de lune. L'image hante. De ces corps que l'on imagine beaux mais blêmes, froids et translucides, en pleine étreinte.


"La civilisation perdue dans le torrent de la passion, les hommes et femmes s’embrassent, se caressent et s’enlacent. Rencontre des chairs et des plaisirs. Les corps glissent. Les hanches se déchaînent. Les gémissements se transforment en des cris inhumains. Leur nudité comme seule parure, les bûchers incandescents révèlent la blancheur immaculée de leur peau. Statues d’albâtres mues par leurs passions et leurs envies. Leur nom est inscrit dans leur peau, à même leur chair. Sëylis."

Re: Citations en or

#327
Anafiel Boyle : It's over when It's over Même amer, fatigué, las, le lion conserve sa superbe. Chaque mot tranche, marque, et pousse à l'interrogation. La plume corrosive, qui amène si finement sur le devant de la scène les problématiques qu'on se plait trop souvent à oublier. Une présence magistrale que la "vieillesse" ne ternit en rien. Le masque usé lui va si bien.


"Mais un étrange soulagement a se voir mourir. Dans la brutale trouée du plafond soulevé puis éparpillé aux vents par le blaast, le ciel brillait. Des étoiles, pâles comme une première neige, comme l'hiver. De rares nuages effilochés. Anafiel était un athée notoire. Et il avait vu trop de cadavres pourrir dans des cercueils cloués à la va-vite, pour se faire des illusions sur l'après. Ce soir pourtant. Alors que le monde tordu par le souffle de la conflagration, se gondolait, il se sentait l'âme d'un mystique. Ou du moins d'un vieillard fatigué, usé. Pas mécontent de dire merde. "
Image

Re: Citations en or

#328
Oh c'est gentil, merci beaucoup :nyu: Moïra. Presque je te pardonne d'avoir fait sauter Ma Maison Close :na:

Puis j'aime bien jouer Anafiel comme ça. L'humaniser, le rendre crédible au travers de ses défauts :kiss:

Re: Citations en or

#329
Crimson Foxglove : Fiche de personnage Parce que c'est ce que je préfère. Les Seuils. Les passages. Voir comment équilibrer la dualité Réel - Ville. Ce que les joueurs vont en tirer. Comment l'adapter. Et toutes les nuances, nouvelles idées que chacun développe. Et j'aime le côté réel de ce passage. Parce que en tant que joueuses, nous avons toutes dans nos familles des cousins, des gens, plus ou moins étranges. Un peu à part. A cause de la Ville, peut être :danse:

"Nombreux sont les membres de la famille de Crimson qui ont traversé un Seuil et découvert la Ville, mais jusqu'à sa génération, ils en étaient tous revenus, et avaient fondé leur famille dans le Réel. Il n'a pas effectué ce demi-tour, et la lignée s'est arrêtée à lui. Ce qu'il avait interprété comme des contes, des souvenirs de trips hallucinés, des histoires d'amis imaginaires, dans les récits de ses parents et de ses grands-parents, a pris sens soudain et il s'y est perdu avec plaisir. Désormais, sa place est ici."

Re: Citations en or

#330
Talia Sambre : Absolution Je suis complètement sous le charme de cette plume à la fois exquise, perverse, intense, et parfaitement maitrisé. La facilité avec laquelle tu te glise dans la peau du personnage. J'aime ce lien entre elles qui ne cesse de grandir et de se matérialiser en quelque chose de beau. Entre amour, tendresse, possession et perversion. Où chacune feraient n'importe quoi pour l'autre. Liée à la vie à la mort, dans le sexe et dans le sang.

"Elle l'a provoquait ouvertement, repoussait sa jumelle dans ses dernières limites. Elle voulait l'a rendre folle, ivre, dingue de plaisir. Tout comme elle le faisait, au moment où un gémissement franchis ses lèvres lorsqu'elle sentis l'intrusion des doigts de son adorée dans ses chairs humides. Elle remuait sur elle, bougeant ses hanches, en souhaitant davantage. Bien plus. Et de nouveau un autre baiser, vorace. D'amour, d'une passion qui ravageait ses sens. Lui donnait le tournis. Soulevant une de ses jambes qu'elle reposa sur l'épaule de sa brune ténébreuse, elle cria ouvertement. Sa voix se répercutant contre les murs de pierres grisâtres. Fourrageant d'une poigne ferme ces longues plumes noircies.La citation en question ."

Re: Citations en or

#331
CENDRE : Fiche Parce que j'aime bien, les fiches, les RPs qui font voyager. Décrivent la Ville avec ses contrastes, ses décors étranges. Qui nous emmènent ailleurs. Montrent que la Ville est un endroit à part qui a sa propre ambiance où les quartiers ne se ressemblent pas.

"il ne restait plus autour d’elle que des formes sombres et géométriques, dont les murs avaient l’aspect dur des écailles d’un Dragon et l’écrasaient aussi sûrement que s’ils eussent été des titans de béton noirs. Les gratte-ciel avaient remplacé les maisonnées, et la chaleur froide d’un soleil avait fait baver les structures d’obsidiennes en ombres de nuit qui s’étendaient sur la longueur de trois rues. C’était un endroit hostile et différent de celui auquel elle était habituée, mais il convenait à sa détresse."

Re: Citations en or

#333
MELISANDRE DE NYSSE : J'irai chercher les réponses en toi J'aime tout le processus de Mel. Et ces détails, cette manière de décrire la façon dont elle entre dans les souvenirs, à la poursuite de ce qu'elle est venue chercher. Comme un film qui défile, en fait. C'est génial à lire. Un rappel au monde onirique. Une invitation à voir ce qu'il y a de l'autre côté de ce voile opaque.

"Sa silhouette brumeuse l’entraîne encore plus vite dans ce tunnel infini. Ils passent parfois devant des sortes d'ouvertures lumineuses dans lesquelles on peut rapidement apercevoir une scène de la vie de Blue. Mais elle ne s'y attarde pas. Ne cherche pas à les voir. Elle n'est pas là pour ça. Ils s'enfoncent toujours plus profondément, jusqu'à faire face à un mur presque cotonneux. Un brouillard opaque et dense. Aucun doute, c'est ici. Mélisandre ralentit à peine et s'enfonce sans peur dans la brume, entraînant toujours le jeune homme. C'est presque comme pénétrer dans le quartier de Perle."

Re: Citations en or

#335
Esther : Territoire Un retour d'Esther ça se fête. Puis j'aime beaucoup cette façon de décrire les lisières entre les quartiers. Où deux personnes ne voient pas les même chemins, les même passages s'ouvrirent à eux ! C'est classe 8-)

"Non. Bien sûr que non, il n'avait point entendu. Lui qui voyait à la lisière – si lointaine – du quartier Améthyste se profiler les galeries Rubis et leurs lumières toutes d'or et de pourpre. Là où Esther ne pouvait que voir se dresser d'ombres le profil craquelé du quartier Onyx, proche au point que si elle faisait quelques pas, elle pouvait le toucher du bout de ses doigts."
Image

Re: Citations en or

#336
Arès Vasilios : Sword of War Outre le fait que ce rp m'a fait rire, m'a touché et ma fait tressauté sur place, j'aime ce rappel de ce nom impérial. De cette ligne à l'héritage ancien. De cette meute hargneuse, prête à fondre dans les ruelles, à tout détruire d'un claquement de doigt. C'est dur, corrosif.

"Quelqu'un a pris quelque chose. Quelque chose qui nous appartiens. Nous. Guerriers surgis des cendres. Éclot de terres enflammées, à la renaissance si vite consumée. Nous sommes des chiens de guerre, dont la rage éclate en cris belliqueux. Au delà des rues écorchées par les barbelés, résonne un unique et même cri. Celui de la haine. De la hargne. De la colère. Une légende disait-on. D'une lame forgée à même les flammes d'un Dragon ancestral. Une épée noir comme l'ébène, d'une noirceur si profonde que l'on y noie s'on âme jusqu'à en devenir l'esclave de ses vœux sourds, sanguinaires. Fantasme d'une barbarie inavouée, elle a conduit nombre de ses propriétaires à commettre d'horribles actes sous son joug. Des hommes, des femmes, qui n'appartenait pas à l'Onyx. Pas au Dragon dont la lame antique lui reviens de droit. Légendes transmises de la Ville jusqu'en dans des Ailleurs. Là où s'est perpétué contes et épopées. Différents noms. Différents Dieux. Mais toujours une seule et même chose. Une épée. Une lame avide de sang, de conquêtes. "
Image

For you, i try.
For you, i imagine.
For you, i can.

Re: Citations en or

#338
Tentation : Hiver Parce que c'est ça l'Ambre. Ce décalage complètement barré. Cet humour morbide et trash. Méchants...méchants...parce que. Tout simplement. Sans raison. Et ça rend Tentation so délicieuse !

" Elle soupire et fouille dans son sac-à-main pour en sortir un petit Uzi de fabrication Joyce, modèle portable, couleur clémentine. Nécessaire à toute femme qui se respecte, pense Tentation. Les plaques métalliques sont couvertes d’autocollant de pyramides noires avec des cœurs ainsi que des slogans tels que « J’aime l’Ambre ! » ou des « Asticote-toi le membre à l’Ambre ! »"
Image