Re: Flood un jour, flood toujours !

#13598
Petit teaser du contexte nouveau :heart:

Merci à Vhaal pour sa superbe plume !!!
Magicopolis. Ville Noire. Vice City.

Un lieu sans nom, un lieu sans âge. Cité qui existe depuis des siècles, dont on ne sait rien de la naissance. De vagues archives, qui datent d'il y a on ne sait combien d'années. Nulle indication historique, aucune date. Uniquement cette mécanique de vie huilée, ces êtres qui y demeurent comme leurs ancêtres depuis des âges lointains.

Mégalopolis, que les cartes – pour le peu qu'il en existe tant elle est difficile à dessiner – situent au centre de tout, est le cœur de cet univers. On se fiche du reste, on se moque de ce qu'il y a autour. En dehors de cette Ville Noire de pollution, rien n'a d'intérêt.

Beautés froides qui viennent de ces endroits traversés par le gel et le givre, ont vécu toute leur enfance avec la neige et les températures négatives. Peaux tannées par le soleil, encore marquées par ce bleu qui a déteint des tuniques portées pour se protéger de la chaleur étouffante. Corps forgés par les forces de la nature, de ces jungles tropicales où règnent une humidité permanente.

Que bon vous semble, de venir, d'être originaire de ces paysages bardés de déserts de neiges, d'étendues de sables, de hauts arbres gonflés de pluies incessantes. Oubliez le passé, oubliez d'où vous venez ; il n'y a qu'une seule chose, qu'un seul lieu qui importe : Magicopolis.

Reine du Monde. Ville emplie d'immenses tours de verre dont les pointes touchent même les étoiles. Bâtiments austères qui dévisagent de leurs gargouilles grimaçantes les habitants de Vice City. Usines qui crachent, sans jamais s'arrêter, un immense nuage de pollution qui masque le ciel. Neiges de cendres et soleil noir. Grisaille permanente.

Ici, l'aristocratie fait loi. On élève au rang de normalité la consanguinité, l'inceste. Il n'est pas rare – on dirait même que cela est usuel, ancré dans les coutumes – d'épouser son cousin, de se marier avec sa propre sœur. Jalouser sa fille trop belle, trop jeune, qui attire toute l'attention de son conjoint ; envier son géniteur qui a l'exclusivité de son épouse. Car l'on tient à son nom, l'on est attaché à son rang plus qu'à autre chose. La richesse du sang, sa pureté quant à l'appartenance de sa famille sont les mots d'ordre.

Au sommet de cette chaîne alimentaire, règnent en maîtres Neuf grandes Familles qui se disputent la Ville Noire. Neuf matriarches et patriarches qui se détestent, se honnissent depuis des temps immémoriaux. Les origines de ces griefs ? Personne ne le sait, et tout le monde s'en moque. Neuf Seigneurs qui s'entre-déchirent, se disputent, mènent des guerres larvées et ouvertes. Neuf Personnalités qui s'allient, se réunissent pour tenir sous leur poigne cette Magicopolis sur laquelle ils règnent.

Neuf Factions antagonistes qui se détestent, se haïssent naturellement, par l'ordre naturel des choses. A chacun son Seigneur, aucune chance d'y échapper. On vit pour lui, on meurt pour lui, car dans cette Ville Noire, la neutralité n'existe pas, n'a pas sa place. Choisir une faction, ou mourir. Il ne peut en être autrement.

Neuf Quartiers, pour asseoir ce pouvoir. Thématiques propres, à l'image de ceux qui gouvernent. Neuf mots d'ordre qui articulent chacun de ces quartiers comme chacun l'entend. Nulle géographie propre pour Vice City, tout s'articule au désir de qui le souhaite. On ne s'embarrasse pas de savoir pourquoi, comment l'on navigue d'un quartier à un autre : la ville sonde le cœur, l'âme, répond aux désirs les plus enfouis.

Et pour les contenter, Neuf Maisons Closes. Neuf Reines et Rois des Plaisirs, qui savent vendre, offrir en pâture leurs ouailles prêtent à écarter les cuisses, tendre les dos. On frissonne sous la caresse sensuelle de doigts frôlant l'épiderme. On gémit au glissé de cette cravache qui parcourt l'échine de sa langue de cuir. On se perd dans ses fantasmes les plus honteux, les plus inavouables. Ville viciée et vicieuse, qui fait s'élever le Plaisir au rang d'art.

On désire, on hait. On corrompt, on trahit. On assassine ouvertement, ou dans l'ombre. Tout est permis, aucune limite pour cette Ville Noire rongée, dévorée par les vices. Par la magie qui lui nécrose les entrailles. Cela parcourt ses veines, traverse ses artères, règne incontestablement sur tous les êtres qui la peuplent. Peu importe le lieu, la magie est présente. Omniprésente. Fait des sorciers ce qu'ils sont.