Tentation


Ce forum est tout entier consacré à la création de personnages. Consignes pour vos fiches, conseils, mais aussi registre des avatars.


Messagepar Tentation » 13 Jan 2018, 21:19

Tentation


Image


Entre bien dans mes yeux pour que je me souvienne de toi.
- Charles Baudelaire


Fiche d'identité


NOM COMPLET DU PERSONNAGE : Tentation. Elle utilise à l’occasion son vieux prénom, Nevena, par pragmatisme.

AGE : 73 ans. Éternelle jouvencelle au rire aigüe d’adolescente. C’est à se demander comment a-t-elle pu survivre à la folie de l’Ambre aussi longtemps…

ASCENDANCE, FACTION et RÔLE : Un as de cœur dans la main des Grands, un Atout dans une manche… En l’occurrence celle de Sambre. Elle offre son sourire aux proies des Seuils. Elle propose, les prend par la main, les guide vers le paradis infernal de l’Ambre. Elle les cajole, devient leur première amourette peut-être ? Ou bien une très bonne amie ? Une épaule où regretter ses péchés ? Puis… elle disparaît. Elle les laisse aux mains de leur destin. Le cœur a été creusé et pour le remplir, il ne reste que la spirale infernale des plaisirs honteux.

Tentation ramène du monde ; elle les séduit, les trompe pour au final les enfermer dans l’enclos orange. Plus d’une prostituée de la maison close ambrée est de son fait et ne parlons pas des clients. Ça commence par une silhouette, un sourire puis la proie se retrouve au milieu d’une orgie démoniaque, nu comme un vers devant une lune de sang. Pervertir, corrompre, salir… La dégénérescence pour art.

Eveil et Magie


Une proie pas si facile à attraper. Esclave certes : c’était la soirée des vierges. Nevena restait dans une chambre, seule à entendre des gémissements qui sonnaient comme des supplices de plaisir. Ça frappait contre les murs, les ressorts des lits criaient sous le poids de l’action. Elle haletait, suait à la fois à cause de cette chaleur tropicale et de son appréhension. Comment s’était-elle retrouvée dans cette galère ? Capturée par des chauves en cuir et vendue avec une masse d’autres filles. Pourquoi ? Pour cette orgie de sang d’innocente qui continuera de peinturer le parquet jusqu’au matin, si bien sûr le matin existait ici…

Sa porte s’ouvrait sur un homme. Il se masturbait, approchait pour goûter à un peu de pureté. Nevena sentait son corps vrombir. Pas de plaisir : de puissance. Une nuée de sauterelles imaginaires sautillaient dans ses veines à mesure que l’homme nu se penchait contre son corps couvert d’une tenue dégradante. Ses doigts arachnéens griffent visage de l’homme. Il riait, excité parce qu’il croyait être une vaine résistance mais… Mais. Une douleur équivalente à du métal chauffé à blanc lui torturait le visage jusqu’à se répandre sur toutes les surfaces de son corps. Il cri : plus fort que les jouissances rauques, plus fort que les gémissements des prostitués… Puis il jouit, sa semence se mélangeant à son propre sang. Une fuite. Il roule sur le côté, rétamé mais pas mort. Il était transformé en légume. Ses membres ne répondaient plus : seule sa respiration saccadée semblait le garder en vie. Puis, incapable d’avoir un orgasme aussi puissant que celui qu’il a eu ce soir…

Elle l’a vidé. Dans cette chambre, elle lui a fait comprendre qu’il y avait deux pucelles.

Tentation joue avec les sensations. On l’approche et on sent son sang s’exciter, son cœur s’emballer et sans parler des petits papillons incandescents dans le ventre… Une aura de sensation caressante dans laquelle on aime se baigner. C’est comme être drogué sans drogue, amoureux sans les caprices du cœur, réchauffé sans feu… D’un sourire, elle peut commander la jouissance, chatouiller comme une grande-sœur, renaître les palpitations d’un premier baiser…

Mais il y en a pour tous les goûts. Ses mandibules renferment le poison de la vipère. Souffrance atroce, plaisir monstrueux… Pourquoi avoir des armes quand l’on peut glisser des couteaux à blanc sous l’épiderme sans faire couler la moindre goutte de sang ? Ses regards sévères engourdissent, paralysent jusqu’à que vous ne sentiez ni vos jambes, ni vos bras ou votre sexe. Sa magie s’infiltre comme une indigestion, donne la nausée et fait crier la migraine. Poison sans dosage et maladie sans virus. Torture sans blessure et meurtre sans mort…

La Décadence détruit l’esprit. Ça commence par sa voix en écho, qui chuchote comme une voix de schizophrène. Elle s’infiltre partout : dans le quotidien jusqu’au dans les cauchemars. Quand elles sont assez nombreuses, elles commencent à dévorer les succulents fruits de coton qu’on appelle les émotions. Sueur froide, peur à tous les coins de rue et démence. Douceur devient violence, violence devient douceur : la victime tombe dans la folie. Tentation s’aventure alors en reine absolue dans les pensées : elle lui parle, ordonne de son sceptre en os de damné et fait du pestiféré son esclave. Il sert le parasite, il souffre d’une vie empoisonnée jusqu’à qu’une balle dans la tête vienne le guérir. Si la mort reste l’antidote des infortunés, des mages plus compétents peuvent soulager ce mal. Toutefois, on ne se débarrasse jamais vraiment du parasite : l’affreuse bestiole reste quelque part, sommeille… et reviendra.

Le cœur de sa magie se cache dans son visage. Un œil en verre, enchanté pour suivre sa jumelle comme s’il s’agissait d’un vrai. Il se cache sous les longs cheveux de Tentation, celle-ci ayant l’habitude de masquer une partie de son visage grâce à sa capillarité. Qui croirait que ce regard de braise serait en réalité… à moitié faux ? Mieux qu’une fausse paire de seins diraient les plus concupiscents…

Description


Une jeune fille lambda. Insouciante, souriante et légère… Comme un amour d’été. Une voix féminine et à défaut d’être sensuelle, se démarque par sa douceur. Une belle voix qui flatte l’ego et rassure la crédulité. Elle joue ce rôle-là, parfois : le cliché de l’adolescente mi-coquine mi-bourgeoise. C’est loin d’être le seul mais il l’amuse beaucoup.

Manipulatrice, perverse et sadique. Mais en finesse. Davantage dans la suggestion que dans la domination, elle tisse sa toile avec patience, amour. Le sexe avec elle commence par un regard et finit par un murmure : éternelle cérébrale. Elle aime faire tourner les têtes par des promesses amoureuses et des mains moites plutôt que par une jupe trop courte. Trouver le jouvenceau amoureux dans le dépravé. Par contre, à savoir ce qui se trame dans sa propre tête… Un nuage opaque. Sincère quand elle le peut, trompeuse quand elle le veut, à l’image de sa magie elle fait des heureux et des malheureux.

On n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace comme on n’apprend pas à une vieille canaille de l’Ambre comment prendre son pied. Pourtant… que signifient ses bâillements ? Cette expression fatiguée ? Aurait-elle atteint le point où elle serait… blasée ? Il est vrai que plus grand-chose la surprend. Cette orgie… ne ressemblait-elle pas à celle d’hier ? Du sang, oui du sang… puis quoi d’autre ? Des organes, ah certes... il s’agit un coeur, n’est-ce pas ? Les élus du Démon Orange vivent jeunes, vivent intensément, dans le présent mais… vieillir ? Tentation est une vieille femme, une grand-mère Sambre qui connaît la Ville jusqu’à ses sous-vêtements. De plus en plus fréquents sont les moments où elle sort de l’adolescente. Elle s’assoit, prend une ou deux tasses de thé et se remémore la vieille époque. L’époque où toutes ces conneries s’ouvraient à elle comme de belles cuisses à un puceau. Elle touche ses rides inexistantes sur son visage en pleine santé, se plaint des jeunes de nos jours comme une vieille aigrie…

Mais qui sait, peut-être que la Ville réserve encore quelques surprises à cette vieille diablesse. Quelque chose qui puisse la tenter, à son tour…

La Ville et ses Seuils


Une ombre veillant les fêtes les plus décadentes. Tentation organise tout ce qui peut s’organiser derrière ce qu’il y a de plus sale : orgies, maison close mais le pire c’est probablement les fêtes de promo à l’Académie.

Pourtant, ô combien il est difficile de savoir ce que cette grande enfant fout. Tentation traîne toujours son magicophone dernier cri et n’hésite jamais à se prendre en photo avec les copains, puis de tout poster sur la magicoweb. Elle partage, commente et raconte un peu trop sa vie mais… Personne n’arrive à lui imposer sa présence. La chercher est le meilleur moyen pour ne jamais la trouver. Établir un rendez-vous ? Autant jouer à la roulette russe : elle se présente une fois sur trois. Non : la tentation vient comme un caprice, par surprise ou là où elle peut pousser des indécis sur la pente du désir.

Une vie d’apparitions, de pêche aux âmes de jeunes poissons aux Seuils… Une fête perpétuelle, des responsabilités à la mer : l’Ambre, c’est aussi se laisser dériver. Pas juste aux plaisirs, pas juste à la folie et aux rires des démons mais aussi… à la vie. Faire ce dont on a envie quand on a envie, vivre ses rêves de jeunesse… Une existence de perte de temps et de futilités juvéniles. Elle aurait pu tirer toutes les ficelles. Gravir toutes les échelles, être cette diablesse derrière les plus scandaleuses mascarades. Mais non. Elle a choisi la destruction fine. Microscopique peste devient épidémie apocalyptique. Bourgeoise nihiliste, châtelaine sans seigneur, respirer pour se divertir, se jouer de ses sujets… Aussi longtemps que ça l’amusera.

Famille et Histoire


Un pays en guerre. Des gens différents qui s’entretuent. Des pendus aux arbres, des fosses de corps et des femmes violées. Des maisons lugubres et vides, des armes achetées à des puissances étrangères qui se partageaient la région comme du gâteau. Jeu de pouvoir, instabilité, crise, génocide…

C’est ce monde qu’elle a tenté de fuir. Des hommes entraient dans sa vieille maison de campagne. Son père l’avait caché dans le sous-sol, dans un trou sale et noir. Des cris, des coups de feu, des bottes qui tapent contre le plancher… La petite avait peur. Une fissure s’ouvrait vers un tunnel. Un chemin des profondeurs. Panique. Elle s’y enfonce… deux minutes, puis le terrain glisse. Elle trébuche dans le noir, tombe sur une flaque macabre. Des corps se décomposaient là. Des mygales grouillantes palpaient la peau de Nevena, sans parler de tous les vers blancs se collaient à ses éraflures.

Horreur.

Un cri sans voix. Elle décida de remonter mais désorientée, elle choisit une autre voie. Elle gravit pendant ce qu’elle croyait être une heure un tunnel chaotique, tortueux et occasionnellement décoré de charmants crânes. Les mille-pattes serpentaient le long de son dos jusqu’à qu’elle atteigne la surface.

Croissant de lune.

Un immense cimetière. Des cadavres qui marchent, des veuves qui pleurent et des pierres tombales autant qu’il y a de fleurs. Elle croyait avoir passé la barrière vers l’Au-Delà. Qu’est-ce que ça pouvait être d’autre ? Elle est sortie de terre comme un mort-vivant, laide comme une goule. Nevena se tenait debout, seule avec encore quelques araignées qui gravissaient son corps pour trouver refuge dans ses cheveux. Salie comme jamais.

Errer dans la Ville.

Inutile de rejoindre les Seuils. Ils mènent nulle part et tout ce qui la rattachait au Réel a probablement péri. S’émerveiller du grandiose Diamant, se perdre dans la brume caressante de Perle, voyager dans le cosmos d’Opale… Sans parler de cette mascarade de Rubis, le passage à l’orphelinat d’Amethyste et des heures perdues à Émeraude. Puis… il y a eu Onyx. Cruel et froid Onyx. Capturée comme la proie qu’elle fut, enfermée dans une cage, vendue à l’Ambre à peu de frais pour une soirée spéciale.

Enfer.

Des pyramides mais surtout la Pyramide en brique aussi noire que le marbre est blanc. Des flammes libertines comme des feux follets, la chaleur étouffante du feu et des corps en sueur se frottant les uns contre les autres. Ça crie à tous les coins de rire : de terreur, de plaisir ou de douleur, on ne sait plus. Les barbelés s’incrustent partout comme des guirlandes de Noël : c’est à se demander si les verres de terre possèdent des épines. Réponse : seulement dans les égouts. Les yeux damnés des pierres ébènes la regardent. Pourquoi ? Pourquoi cette vierge perdue et puis, plus tard, cette catin qu’on ne touche jamais ? Elle s’allonge seule près du fleuve. Elle se prélasse sur la plage rouge où même les coquillages veulent mordre. Du sable rosé, des tentacules brûlantes sous les profondeurs terrifiantes comme si le Kraken des légendes s’y enfouissait en attendant le Jugement dernier. Asile déjanté, psychiatres qui n’ont pour eux que la blouse qui les tiennent à carreau de la cage. Puis Nevena, cet œil dans la serrure du cachot des schizophrènes. Un spectre curieux venu apprendre. École du mal, récréation démoniaque. Toujours plus de preuves que l’enfer existe, que la décadence est un trou sans fond dans lequel on ne fait que tomber. Est-elle triste ? Non. A-t-elle peur ? Parfois. Jouit-elle ? Un peu, mais surtout peu. Juste, une contemplation morbide de cet univers irréel. Sombre comme la nuit mais clair comme les flammes et mou comme la chair mais rigide comme le cuir.

Elle comprend qu’elle appartient à l’Ambre. Pas qu’on la force : depuis la nuit des vierges et la révélation de ses pouvoirs, personne n’a cru bon de lui laisser ses chaînes. Pas besoin. Elle restait toujours dans les parages. Elle pointait le bout de son nez à la Maison close quand elle le voulait. Elle participait un peu plus chaque jour à ce chaos sans nom. Aussi… Nevena formait son cocon. Lentement mais surement. On croirait voir ses antennes pousser comme des cornes de diable, ses pattes se raffiner et surtout… ses ailes. Des ailes d’insecte. Le papillon de nuit maudit prenait forme. Une noblesse en préparation. La Ville, cette déesse de la Discorde, retenait son courroux. Elle laissait le ver qu’elle était croquée dans la pomme d’or.

La chenille est vulnérable, le cocon encore plus… Il faut de la patience. Rien qu’un peu. Des rêveries démoniaques viennent le mal. La tentation vient de l’intérieur. Celui qui veut jouir verra l’objet de sa jouissance dans n’importe quoi. Une paire de fesse excite mais l’âme… c’est l’âme qui baise, fait l’amour, trompe, rend tous ses maris cocus. Nevena s’est perverti dans la contemplation de l’enfer et dans ce que des yeux d’aussi jeune fille ne devrait jamais voir. Aucune partie de jambe en l’air n’aurait réussi à la transformer de la sorte. Seul le temps et ces nuits à écouter les discours des internés de Larkhill le pouvaient. En ce sens, l’Ambre a gagné.

Un grand monarque migre avec les siens. Il se pose sur son arbre avec les siens. Il voyage, voit le monde, suce la moelle du monde, s’enivre de la semence des fleurs et finit par battre de l’aile avec eux. Nevena est un monarque. Princesse de quoi, fille de qui, ça personne ne le sait. Mais de jours en jours, d’orgies en orgies, de folies en folies la chose devenait clair. Quelque chose habite ses yeux. La géhenne les a imprégnés. Elle se présenta à eux. Elle arracha son œil gauche, l’offra aux Sambre. Elle sacrifia une part d’elle pour entendre les démons se moquer. Pour qu’ils voient le sang couler de son orifice. Tentation est devenue Tentation en donnant la virginité de son âme aux Sambre. L’hymen ne vaut rien de plus qu’un fantasme, l’âme ne vaut rien de plus qu’une vie entière.

Tentation.

Montrer le chemin. Guider les chenilles vers le jardin des noirceurs. Un bout de salade dans une toile d’araignée. Pourtant, quelques élus réussissent à faire le cocon de tissu d’araignée. Bien sûr, pas de grands monarques mais de petits dépravés, ça fait toujours plaisir. Corrompre comme on l’a corrompu, c’est là que réside son art. Transformer, mélanger, détruire… S’amuser ! Vivre une jeunesse perdue. Ignorer la vieillesse. Sortir, faire la coquine, avoir des meilleures copines, les trahir et voler leurs petits copains. Encore et encore. Vivre comme elle en a envie, pour ses envies. Croquer dans tout ce qui se croque, essayer toutes les drogues, jeter un œil (littéralement) à tous les fétiches bizarres qui pullulent à la Maison Close ambrée…

Ennui.

Elle a vécu quelques décennies. Elle a tellement damné qu’elle n’arrive plus à compter ses âmes. Elle sortira bientôt. Elle se droguera peut-être… un petit tour dans les ruelles de barbelés ? Voir quel genre de type louche s’y cache ? Va-t-elle plutôt disparaître dans un autre endroit de la Ville ? Veiller aux Seuils ? Elle n’en sait rien… Toutes ces options sont ternes…

Ça arrive de plus en plus. La force lui manque. La malice se présente à elle, trop familière à la manière d’un frère ou d’une sœur qui se dénude. La vieille femme s’épuise. Elle roupille dans d’interminables siestes. Elle doit reprendre son souffle empoisonné. Oui, demain elle ira tisser sa toile. Le feu hérétique reviendra. Elle s’éclatera comme les diablesses de son engeance. Elle rira avec les hyènes. Mangera avec les vautours. Mais avant… une petite pause. Jouer un peu de violon, lire un livre obscène et se tourmenter gentiment. Vieille fripouille.

RP introductif


- C’est donc toi, cette fameuse Tentation dont on me parle beaucoup.
- Plaît-il ?

Elle roule des yeux dans un sourire. Elle joue l’innocente. Ah Tentation, je ne vois pas de qui tu parles. Elle est vieille celle-là, tu dois te tromper de personne. Inutile cependant de la rouler dans la farine. La cousine l’aurait su un jour ou l’autre. Cousine qu’elle rencontre pour la première fois. Ça va ? Pas trop mal le Réel ? Ça devait être bien ennuyeux… Pas autant que l’Exil en lui-même mais voilà, tu me comprends. Elle se moque en silence. Quand elle pose ses ongles pourpres sur ses joues, l’envie de bizutage lui prend aux tripes. Ô rien de bien méchant certes : juste assez pour lui rappeler que l’Ambre met à nu et parfois asperge d’eau. Ensuite, on a l’air bien con comme un chat mouillé.

Des mèches de cheveux sur le bout de son nez. Ça l’excite mais pas l’organe que la cousine voudrait. La fascination limpide de la revenante coule sur son visage. Me jalouserait-elle ? Quoi qu’il en soit, son attitude tente le Diable.

Les filles commencent déjà leurs gémissements en arrière-plan. Tentation avait promis du sale ce soir : elle ne voudrait pas décevoir ses petites apprenties. Venez, pas besoin d’avoir de talent particulier à la Cathédrale et c’est mieux qu’à l’Onyx, ça va de soi… Ah oui on voit des choses que vous ne verrez jamais ailleurs, je vous le promets. Au départ, elle désirait mettre sa sauce à la soirée avant de partir. Une tasse de thé à la camomille l’attend avec un psychiatre de l’asile mais ça le docteur ne le savait pas encore. Puis, surprise, une cousine Sambre débarque. La retient.

Elle déteste qu’on la retienne.

Malgré tout, elle ne lui en veut pas. Beaucoup de gens aiment penser qu’on puisse la maintenir dans sa petite boîte à musique personnelle. La faire danser à loisir, lui toucher le sexe et bien plus. Néanmoins, les choses fonctionnent différemment. La revenante le comprendra et au bon moment, elles pourront forniquer à la manière des riches qui signent des alliances en jouant une partie de golf.

- Le printemps arrivera bientôt. Que penses-tu de l’idée d’un ménage familial ?
- Il faudra un bon ménage du printemps pour nettoyer ce qui vient en tout cas.

Elle a lu dans ses pensées. Des baisers invisibles se posent aux lèvres de la revenante. Sur la bouche, au cou et plus en bas encore… mais ce n’est qu’une diversion. Tentation se lève de son perchoir. Ses doigts se glissent sous le visage d’une de ses conquêtes au-dessus d’un homme en sueur. Regard tendre. Gentille fille.

- J’ai promis à ces charmantes demoiselles une soirée spéciale. Je ne m’appellerais plus Tentation si je les décevais.

Tentation sort de sous sa langue une petite pierre vermeille. Elle la met en évidence pour que la cousine Sambre puisse détailler l’objet. Mais elle regarde autre chose. Tu as été un peu forte sur les caresses, elle ne voit plus que toi… Ah qu’importe. Elle glisse sa main contre la paroi rocheuse et couverte d’impureté sèche de la Cathédrale jusqu’à trouver une petite ouverture entourée d’un sceau doré. Clin d’œil à la Revenue. Elle s’approche et à chaque pas, une pièce de vêtement tombe.

- Je te le confesse, les choses restent toujours les mêmes en Ville. N’empêche, il y a eu de sublimes améliorations à cette bonne vieille Cathédrale du Mal depuis ton départ.

Elle enfonce la pierre qui se met à crier comme l’acier brûlant. Des inscriptions illisibles et inquiétantes tellement elles semblent anciennes apparaissent sur toutes les parois de cette immense salle à orgie. Les murs dégagent une lumière tangerine à l'image du quartier. Un zeste de d'enfer. Des nuages groseille s’échappent du trou et s’élèvent jusqu’au dôme servant de voûte céleste à toutes ces âmes en perdition.

Quelqu’un renifle. Il suffisait de ça pour que ses poils se dressent et qu’il sente une érection de titan. Ses mouvements s’accélèrent comme tous ceux des libidineux ici présents. Ça rigole d’un bout à l’autre de la salle. Les hyènes en chacun se réveillent autant par le rire que par cette faim morbide de la chair qui les anime désormais. Ça sent le sexe, la sueur et un peu le sang. Le monde devient fou.

Évidemment, la cousine Sambre n’échappe pas à ce maléfice. Elle renifle tous les trois secondes pour attraper la moindre ficelle de cette fumée satanique. La revenante cherche Tentation et veut probablement lui en faire voir de toutes les couleurs. Lui montrer à quel point elle est Sambre, en toute perversion bien entendu. Cependant… elle l’a perdue. Ses yeux deviennent humides à cause de la drogue autant que sa vision s’embrouille. Puis ce gaz… Les lignes deviennent vaporeuses et les repères sonores sont éclatés par tous les ébats. La dernière chose qu’elle voit ressemblant à peu près à Tentation… C’est une silhouette noire se dirigeant vers la sortie. Un ricanement cristallin. Un enfant qui a joué un mauvais tour.

Derrière le masque (facultatif)


PSEUDO, PRENOM, SURNOM ? : Bah ici on me connaît plus sous le nom de Raïssa Krim.

COMMENT AVEZ VOUS CONNU C.K ? : :na:

DES REMARQUES, DES QUESTIONS ? : Vous assistez là à ma plus grande faiblesse : les DC. Il faut croire que je me suis laissé tenter comme tous ces gens qui se laissent tenter par l'Ambre et ses démons. Un personnage un peu à l'opposé de Raïssa sur plusieurs plans. Elle traînait dans ma tête depuis un moment et je n'ai pas pu résister à l'envie de la publier ici :heart:
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Catalyseur: Un oeil de verre
Pouvoir: Contrôle des sensations - parasitage mental
Âge: 73 ans
Statut: Bourgeoise infernale



Messagepar Vhaal O'Doherty » 14 Jan 2018, 16:25

J'adore cette personnage. L'astuce de la faire paraître si jeune en comparaison de son âge réel. Jamais exploité à ce point. J'aime beaucoup, beaucoup ! Et toute l'ambiance Ambre que tu dépeints à la perfection. Fiooooou ! :nyu:

Je t'ai donné les accès ! Comme ça tu peux venir flooder avec ce visage là. Et voilà ton test !

– C'est donc toi, cette fameuse Tentation dont on me parle beaucoup.

Minauda cette cousine Sambre en faisant glisser les pointes de ses ongles pourpres sur les joues de l'Atout. A peine rentrée d'un long voyage – exil avaient murmuré certains – dans le Réel, que la cousine s'était réfugiée sous les hautes voûtes de la Cathédrale. Comme pour fêter dignement son retour à la Maison.

Longue rivière de flammes qu'elle agitait, ses cheveux étaient venus chatouiller le nez de Tentation lorsqu'elle avait approché son visage du sien pour mieux l'observer. Adorer, avec fascination, le visage juvénile que la vieille femme arborait ; tandis que la Cousine devait affronter les stigmates du temps passé en dehors de la Ville.

L'Atout venait d'offrir de nouvelles putains à la maison close. Et la Cousine, de la retenir pour l'observer alors que dans son dos les corps se dénudaient et commençaient à laisser entendre leurs plaintes en écho sous les vieille pierres ouvragées. Nécessaire. Car depuis son retour dans la Ville, la Cousine avait entendu beaucoup de Tentation, en particulier de ce jeu du chat et de la souris. Qu'elle était comme la Ville : Ce n'était pas vous qui la trouviez, mais elle qui vous trouvait.

Et si tentation était bien loin de faire son âge, au point que la Revenue avait oublié ce détail en la voyant. Et cette dernière ne pouvait s'empêcher de s'adresser à l'Atout comme si elle n'était encore qu'une jeune femme. Et non celui d'être sa grand-mère.

– Le printemps arrivera bientôt. Que penses-tu de l'idée d'un ménage familial ?


Si tu as des questions, des soucis ! Tu sais où nous trouver. :pinkheart:
Avatar de l’utilisateur
Administrateur du site
 
Messages: 5247
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes



Messagepar Valeriana B. Kravt » 15 Jan 2018, 21:12

Ambre en décadence.

J'aime beaucoup le jeu sur l'âge apparent et l'âge vécu. Cette lente usure. Impression de plaisirs frelatés.

Vous assistez là à ma plus grande faiblesse : les DC. Il faut croire que je me suis laissé tenter comme tous ces gens qui se laissent tenter par l'Ambre et ses démons.


C'est encouragé sur le fofo !

Tester les différentes factions. Se prêter à d'autres ambiances.

Contente, heureuse même de voir que tu commences à faire ta petite place, à t'incruster pour la vie :na:
Image
Avatar de l’utilisateur
Maison Onyx
 
Messages: 149
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Catalyseur: 30 cm. Bois d'ébène et sang de gorgone
Pouvoir: Panthère noire
Âge: Mère
Statut: Mother with the dragon tattoo



Messagepar Arès Vasilios » 16 Jan 2018, 12:05

Re-bienvenue parmi nous :pinkheart: Je plussoie tout comme Vhaal et Val', l'âge, l'expérience, le fait d'avoir écumer la ville durant de nombreuses années, d'avoir vu, connu avec bien plus de vécu ce que d'autres, plus jeunes découvre à peine. Une Tentatrice comme il se doit, qui semble traîner derrière elle bien des galères. J'aime beaucoup et puis l'Ambre, très bon choix. :heart: J'ai quelques uns de mes personnages avec qui nous pourrons certainement trouver de quoi faire, bonne écriture pour le test, au plaisir de se croiser au détour d'un RP. :pinkheart:
Image
Inferno

Spoiler:
Image
Avatar de l’utilisateur
Maison Onyx
 
Messages: 901
L'Ascendance: Je suis Natif de la Ville
Catalyseur: Un briquet zippo Jack Daniels.
Pouvoir: Élémentaire Du Feu/Animagus Panthère Noire
Âge: 30 ans.
Statut: Capitaine de la Garde de la Dragonne.



Messagepar Cerbère » 16 Jan 2018, 12:13

J'adore cette vision de l'Ambre, bien loin de la violence et de la torture physique, toute en subtilité et en sourires à demi-sincères.
Une décadence au creux de l'esprit, lovée comme un animal familier qu'on ne craint plus - à tort.
Une ancienne silhouette qui refait surface ~ J'ai hâte
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 16
L'Ascendance: Je suis Natif de la Ville



Messagepar Nalia Sambre » 16 Jan 2018, 12:36

Re bienvenue très chère ^^
Je plussoie le choix de faction bien entendu.
Tu as su t'imprégner de l'atmosphère.
Une idée de génie pour le décalage entre l'âge et l'avatar.
Image
Avatar de l’utilisateur
Administrateur du site
 
Messages: 1536
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Pouvoir: Magie de sang / Succube
Âge: 25 ans



Messagepar Tentation » 16 Jan 2018, 16:25

Merci pour vos commentaires ! ** Ils font toujours plaisir ! Et oui, Tentation est une vieille grand-mère... jeune et si âgée à la fois. J'ai pris et prend encore un peu mon temps pour le test RP parce que je réfléchis encore ça et là comment bien accueillir cette très chère cousine... :face: Ça viendra cette semaine, sans faute !
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Catalyseur: Un oeil de verre
Pouvoir: Contrôle des sensations - parasitage mental
Âge: 73 ans
Statut: Bourgeoise infernale



Messagepar Salazar » 16 Jan 2018, 16:36

En plus de la fiche et de la plume toujours aussi envoûtante, j'adore l'avatar choisi, qui tranche, qui ajoute un côté décalé, inquiétant finalement. :face:

Juste, une contemplation morbide de cet univers irréel. Sombre comme la nuit mais clair comme les flammes et mou comme la chair mais rigide comme le cuir.
Et aussi, le mot de la fin. D'un bout à l'autre cette fiche est excellente, se différencie des autres, se détache de l'Ambre qu'on connaît bien, sans pourtant que ce soit gênant, ou hors-sujet. Au contraire.

A bientôt en rp ! :pinkheart:
Image
Avatar de l’utilisateur
Administrateur du site
 
Messages: 597
L'Ascendance: Je suis Natif de la Ville
Catalyseur: Une main momifiée
Pouvoir: Affinitié avec les serpents
Âge: Entre vingt et trente
Statut: En neuvième année à l'Académie/Assassin



Messagepar Tentation » 17 Jan 2018, 20:58

Ton commentaire fait plaisir, Salazar ! :heart:

J'ai mis ma réponse au test RP dans ma fiche. La cousine apprendra que Tentation n'est pas une fille facile roh (enfin pas tout le temps) :na:
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes
Catalyseur: Un oeil de verre
Pouvoir: Contrôle des sensations - parasitage mental
Âge: 73 ans
Statut: Bourgeoise infernale



Retourner vers Fiches de Personnages