Haytham Creed - Réflexion & Passion [Terminée]

#1
Haytham Creed

Image
L'heure de la réflexion en fait la richesse.
Fiche d'identité

NOM COMPLET DU PERSONNAGE : Haytham Creed

AGE : 33 ans

ASCENDANCE, FACTION et RÔLE :

Diamant natif de la ville, Haytham exerce le métier de “Parasite” selon ses détracteurs, entre autres surnoms dégradants. Ce n’est cependant pas la définition qu’il aime le plus, vous en conviendrez. A vrai dire, lui se définit plutôt comme un “Caméléon prestidigitateur gentilhomme”.

La vérité à travers ces quelques allias alambiqués et façades mystérieuses, c’est qu’Haytham est principalement un détective privé, un espion mais également un gentleman entrepreneur et philosophe. Mais patience. Tout ceci prendra du sens, plus tard.

Eveil et Magie

Les vérités, tout autant que les pensées des gens sont multiples. Une personne sera différente, en fonction à qui l’on s’adresse.

Haytham connaît cette ambiguïté, et l’exploite depuis qu’il est tout petit. A vrai dire, personne ne sait vraiment quand il s’est éveillé, pas même ses parents qui l’ont pourtant élevé. Probablement était-ce très tôt dans l’enfance.

Ce qui est sûr en revanche, c’est que Haytham avait toujours ce regard un peu plus brillant que les autres, cette façon de vous sonder le corps qui faisait qu’il savait d’instinct quoi dire pour vous plaire, ou vous blesser. Il savait déceler cette petite intonation, ce petit geste qui trahissait votre mensonge, ou votre vérité.

Bien évidemment, au début, c’était fait de manière tout à fait inconsciente … Mais il a pris conscience de ce don vers la fin de l’adolescence, et a décidé de le cultiver, avec l’aide de sa mère, qui le possédait également. Ces yeux, ce regard, sont devenus le catalyseur de sa force.

Haytham a ses yeux habités depuis toujours par ce que la classification appelle “Magie du Charme”, mais lui préfère le terme de “Prestidigitation” ou encore de “mentalisme”, même s’il n’est pas un dieu omniscient pouvant s’infiltrer dans la tête des gens comme bon lui semble.

En effet, parler du pouvoir d’Haytham n’est pas mince affaire, tant il n’est pas aussi clinquant que quelqu’un pouvant par exemple invoquer une tempête de flammes en claquant des doigts. Bien au contraire, c’est quelque chose d’infiniment plus subtil.

On ne sait pas vraiment jusqu’à où peuvent aller ses pouvoirs, néanmoins une chose est sûre, c’est qu’il est suffisamment à l’aise dans sa magie pour déduire rapidement dans quels états sont les gens, quels émotions les traversent, et les stratagèmes pour les amener vers ce qu’il veut. Tout ceci en se basant exclusivement sur de minuscules détails, presque invisibles à l’oeil nu.

Infiltration de pensée ou simple travail de la part d’Haytham pour avoir ces résultats ? La barrière entre ces deux choses est assez difficile à établir. Ce qui est sûr, c’est que tout semble couler de source pour lui, ne faire qu’un avec sa personne, et qu’il n’a jamais violer l’intimité d’une personne.

Ce qui est en revanche tout à fait certain chez Haytham, c’est à quel point la passion des gens brûle en lui : il a envie de connaître tout de leurs histoires … A tel point cependant que cela devient nocif, par moment.

Cela est sans doute dû à son affinité avec la magie de charme, mais plus d’une fois il est arrivé à Haytham de se remémorer des choses horribles … Qu’il n’avait tout simplement jamais vécu. D’avoir l’impression d’avoir perdu quelqu’un qu’il connaissait sur le bout des doigts, alors qu’il ne l’avait jamais vu. De faire des cauchemars ignobles où il était entouré par d’innombrables pensées qui voulaient faire exploser son cerveau …

Ces sueurs froides le parcourent souvent, trop souvent pour lui, qui a besoin de s’entourer de gens, de personnes aimantes pour survivre. Pourtant il a remarqué que tout cela se calmait quand il arrêtait subitement de fréquenter du monde.

Si tous les atouts d’Haytham se complètent, à tel point que l’on peine à distinguer qu’est ce qui est véritablement magie et qu’est ce qui n’en est pas … Ceci, est une manifestation authentique des pouvoirs qui l’habite. Une décadence qui le ronge au fur et à mesure, et qui à terme le tuera sûrement. Car Haytham n’aime pas être seul.

Description

Haytham, quand il ne choisit pas d’arborer de multiples déguisements, est un homme au physique … Banal.

Tout du moins, il n’est pas très différent de l’archétype dit du “Jean-Michel Toutlemonde”, un ouvrier qui se tue à la tâche pour essayer de survivre dans le Quartier Diamant, comme sa région de prédilection en comporte tant.

Mais tout ceci lui convient parfaitement, il se complait dans son air anodin et parfaitement neutre. La Ville est un endroit où l’on peut croiser tout un tas de personnes aux physiques atypiques, ces mêmes physiques qui en dégoûtent certains, ou poussent aux vices d’autres. Mais lui il est … normal. Presque trop normal.

Haytham est donc un homme, un peu grand sans vraiment trop l’être non plus, puisqu’il mesure au total un mètre et quatre-vingt centimètres. Derrière ses habits divers, que ce soit une tenue lambda de détective, ou bien des costumes raffinés, vous trouverez un corps plutôt bien taillé, sans être rempli de muscles saillants et bestiaux. Il garde donc habituellement une forme que l’on qualifiera d’athlétique, pour se conformer aux normes sociétales.

Là où l’on sent une véritable différence cependant, c’est sur le visage d’Haytham. Ainsi, les cheveux d’Haytham sont épais et bouclés : souvent courts et en bataille, on sent quand on les voit que ceux-ci ont connu maintes mains qui les ont traversé. La mère de Haytham, des femmes aimantes, ou bien encore celles du détectives … Beaucoup de vécu peut se lire à travers ceux-ci, et de nombreux souvenirs ont laissé leurs traces indélébiles. .

L’essentiel cependant se trouve dans ses yeux si particuliers, qui comme chacun le sait trahit souvent l’âme de l’être humain qui les porte. Deux petites pupilles laissent place à deux grands iris verdâtre au penchant vers le noisette, en fonction des saisons, qui sont emplis d’une expression interrogative quasiment constante.

La vérité, c’est que Haytham, à travers son apparence professionnelle tout à fait neutre, est quelqu’un qui pense énormément, si ce n’est tout le temps. La gymnastique du cerveau est pour lui essentielle. C’est pour cela que son caractère d’habitude est très curieux, mais aussi réfléchi et posé.

Son regard est toujours porté vers les gens, à travers lesquels il imagine tout un tas d’histoires, et de manières de pensées différentes. A vrai dire, il aimerait bien tous les connaître, ces innombrables personnes aux vécus différents. Mais il sait pertinemment que c’est impossible, alors il se contente de ce qu’il a autour de lui, et il ne s’estime pas malheureux. Il se réfugie dans ses livres, dans des études philosophiques divers et variés.

Le brin de curiosité dans le regard d’Haytham qu’il a constamment quand il parle à quelqu’un s’explique principalement parce qu’il adore la sociologie. Décortiquer les foules, mais aussi les différentes personnes individuellement, étudier le cerveau, voilà un passe temps fascinant qui le conduit à jouer, aimer, haïr, collaborer … La psychologie et la philosophie sont des domaines fascinants, vraiment. Être un détective suffisamment professionnel et proche des gens aide très largement à cultiver ces domaines.

Voilà ce que son regard dit de l’âme d’Haytham : quelqu’un de joueur, intéressé par chaque personne qui vient lui parler, appâté par leurs façons de pensée. Une enquête révèle une histoire, une histoire en appelle d’autres, et à travers ces fragments de vie se tisse une grande toile qui est celle de la pensée humaine.

Si le quartier Diamant représente d’immenses rouages capitalistes qui servent à construire la Ville toute entière, alors Haytham est celui qui se passionne pour les petits écrous qui permettent à la machine de marcher, ou ces grains de sables qui à eux seuls peuvent bloquer un système pourtant infiniment complexe.

La Ville et ses Seuils

Depuis sa tendre enfance, Haytham n’a jamais déménagé du quartier Diamant. Son office est basée là-bas, dans un des grands bâtiments ou de nombreuses personnes vont et viennent sans arrêt.

Il vend ses services au plus offrant, et pour tout genres de contrats : que ce soit pour de l’espionnage industriel, où des affaires de particuliers en tout genre. Votre conjoint vous trompe et vous voulez en avoir le coeur net ? Haytham est votre homme. Vous désirez faire lumière sur un meurtre ? Haytham est votre homme. Une technique de production inventée par l’entreprise d’en face qu’il vous faut absolument ? Haytham est votre homme.

Il a cependant une seule limite : C’est qu’on ne tue pas. A aucun moment. La loi du marché est certes sévère, mais pas au point de se résoudre à de la petite vengeance privée de bas étage.


Il vit dans un appartement, tout seul, en bon célibataire qu’il est. C’est un grand logis tout en haut d’un immeuble, très spacieux, ultra moderne et tout équipé. C’est également là où se situe son office de travail. Avoir des contrats avec des hommes d’affaire Diamant a du bon, et peut être extrêmement lucratif.

Si ce quotidien paraît assez enviable pour de nombreuses personnes, Haytham nourrit depuis un certain temps une folle envie, qui vient sans doute du quartier d’où il vit d’ailleurs. Il souhaite entreprendre, mais pas n’importe comment, et pas n’importe où. Il souhaiterait ouvrir un établissement tout particulier.

Un établissement où il pourrait accomplir la hauteur de ses ambitions. Quelque chose de très moderne, un lieu où il pourrait partager sa philosophie de vie, engager d’autres personnes avec lui, et répandre ses idées. Mais tout ceci reste pour l’instant un projet, il ne veut pas se précipiter, et attend le bon moment pour le lancer.

Famille et Histoire

L’aube se lève sur la Ville. Quelques rayons de soleil viennent s’écraser sur une grande fenêtre aux rideaux tirés, en haut d’un grand gratte-ciel résidentiel.

Comme pour faire écho à cette aube, la demeure semble s’activer, se réveiller, tout doucement. Un bras mécanique sort alors d’un meuble, passe quelques instants devant une bibliothèque, puis il en sort un vinyle. Ce vinyle, à l’aide du bras, rejoint tout doucement sa platine, et après quelques petits frottements si singuliers, se met en marche. Une musique se propage, une douce musique.

« Bonjour Monsieur Creed » ponctue une voix féminine, mais métallique, à travers les hauts-parleurs qui diffusaient la musique.

Le réveil est difficile. Des cauchemars cette nuit, encore. Des tranches de vie qu’il n’a jamais vécu , mais qui pourtant viennent le hanter. Il rassemble ses premières forces de la journée, pour s’étirer, avant de parler avec une voix enrouée, signe d’une nuit bien agitée.

« Bonjour Pandore »

L’homme se redresse enfin sur son lit deux places, et pose une jambe au sol, puis l’autre.

Pandore, c’est son assistant personnel de maison. Une petite merveille de la magience qu’il a obtenu en récompense d’un gros contrat. Alors certes, il a dû faire des travaux de rénovation chez lui pour l’accueillir, mais la vie était tellement plus agréable depuis. Configurable de mille et une manière, elle pouvait tout faire, ou presque. La société dont il avait aidé ce jour où il avait obtenu ce quasi-divin programme avait passé des heures à lui expliquer tout un tas de fonctionnalités plus étonnantes les unes que les autres.

Évidemment, pour l’usage que le détective en faisait, il n’avait nul besoin d’utiliser tout un tas de choses, et puis tout de même, même s’il baignait dans l’innovation, il tenait toujours à garder son humanité. Il aimait à croire que les robots ne les avaient pas totalement remplacés, même si Haytham n’était pas stupide au point de totalement rejeter l’avancée. Terrible erreur que de choisir ce chemin. Néanmoins, une petite vérification se devait d’être faite…

« Que peux-tu me dire de la conscience Pandore ? »

Une question bête, mais Haytham avait lu suffisamment de livres sur le soulèvement des machines pour foncer bêtement dans un piège. Après quelques secondes, Pandore lui répondit, toujours de sa voix neutre et métallique :

« J’ai trouvé plus de 500 définitions de “conscience” sur le Magicoweb. Voulez-vous que je vous donne la meilleure ? »

Voilà. Une machine devait rester une machine. Le test était concluant. Haytham eut un petit sourire, avant de s’étirer, et de se diriger vers la salle bain. Il répondit alors à Pandore :

« Abandonne cette idée. Tu peux me préparer un petit-déjeuner ? Tout comme d’habitude, j’arrive dans un instant.
- Bien sûr, Monsieur Creed. » Se contenta t-elle de répondre, docilement.

Après sa petite préparation du matin, Haytham se retrouva assis sur un fauteuil assez confortable de son salon.

Il habitait un appartement ultra-moderne, il aimait beaucoup son logis. Même s’il était seul, il pouvait rester là pendant des heures … Des heures à se souvenir de choses et d’autres. Avant qu’il ait eut le temps de faire quoique ce soit, il se plongea dans les méandres de son esprit.

Ça n’avait pas commencé de manière facile pour Haytham. Il n’était pas le plus malheureux des enfants, mais très tôt, quelque chose lui avait manqué : la présence continue de deux parents aimants.

Ses parents, tous deux ouvriers, n’avaient que de rares moments pour s’occuper de leur seul fils chéri, mais de ces quelques rares moments, Haytham en garde un bon souvenir. Il n’était pas maltraité, loin de là. Il avait simplement l’impression d’être … Délaissé. Ce que Haytham ignorait à cette époque, évidemment, c’est que ses parents ne l’abandonnait pas. Ils se battaient simplement à leur façon, pour survivre, pour donner un bon quotidien à leur seul et unique fils qu’ils pouvaient assumer.

Les parents d’Haytham n’étaient pas au plus haut niveau de l’échelle Diamant, très loin de là. Ou alors ils avaient connus une chute inexorable vers le vide. Le détective ne leur avait jamais demandé. Il tenait tellement à passer de bons moments quand il les voyait, qu’il ne voulait pas poser de questions embêtantes, même quand il voyait toute l’anxiété qui se dégageait du visage de sa mère, ou de son père.

Evidemment, la lecture des sentiments et les jeux avec le cerveau humain avaient toujours fait partie intégrante de l’histoire du jeune homme. C’est d’ailleurs la mère d’Haytham qui lui avait appris de nombreuses petites choses, pour exploiter correctement son don : ainsi initié très tôt à la prestidigitation et au mentalisme, il put accroître ses connaissances sur ce sujet rapidement.

Néanmoins, à cette époque, les livres furent rapidement ses meilleurs amis, quand il restait seul dans son petit appartement du quartier Diamant : c’est ainsi qu’il put se faire une culture, c’est ainsi qu’il pouvait commencer à comprendre des petites choses sur la psychée. La liseuse électronique familiale était d’une efficacité redoutable quand il s’agissait de trouver des ouvrages divers et variés. Haytham avait passé la plupart de son temps à dévorer de nombreuses choses sur le mentalisme, et tâchait de l’appliquer pour de vrai, avec ses parents, et les quelques gens qu’il croisait dans la rue, quand il sortait de chez lui.

Trop feignant et mauvais élève pour aller à l’école, Haytham avait refusé tout enseignements via une institution, et s’était contenté du savoir de sa mère, et de ce qu’il pouvait glaner ça et là dans les livres électroniques. Néanmoins la découverte la plus incroyable qu’il fit était sûrement ces vieux livres, trouvés dans un petit carton dans le bureau de son père. D’authentiques livres, qui sentaient le papier, et toutes ces odeurs si inconnues pour quelqu’un vivant au sein d’un quartier ultramoderne.

Il s’en souvient encore : sur la couverture de ceux-ci, il y avait une équerre et un compas, qui semblaient rayonner à travers un soleil dessiné en arrière plan. Des ouvrages d’une qualité si exceptionnelle, qu’il se demandait pourquoi ses parents ne les exposaient pas au grand jour …

Puis il lit, et là ses interrogations se firent plus grandes : il ne comprenait pas tout, mais cela parlait visiblement de solidarité, de morale, de vérités … C’est ce dernier point qui passionna le plus Haytham, et qui continua à le travailler jusqu’à encore aujourd’hui même.

Il avait été tellement perturbé, qu’il avait quand même posé la question à son père : pourquoi conserver de si anciennes choses, et qu’est ce que tout ceci voulait dire. Il ne se souvenait plus exactement de la réponse de son père aujourd’hui, mais il se souvint de l’idée essentielle de sa phrase :

“Ce sont des idées qui ont bâties notre monde, mais que hélas beaucoup de gens ont oubliés à tort, dans cette Ville.”

Une idée qui le marquera à tout jamais, puisque c’est ces livres qui bâtiront l’essentiel de sa pensée philosophique. C’est ces livres qui le rendront en fait le passionné de sociologie, psychologie et tout un tas de domaines divers qu’il est aujourd’hui.

Pour le reste de son histoire, Haytham n’avait pas eu une vie à proprement exceptionnelle. Quand il était temps pour lui de travailler, il s’activa, et exerça plusieurs petites professions : ouvrier dans une usine, puis renvoyé à cause de l’automatisation de la production, il finit sur les terasses d’un café, à servir les gens qui venaient parler de leur travail dans un cadre plus calme que les froids murs d’un bureau.

Le quartier Diamant ne dormait jamais vraiment, évidemment, le capitalisme, le travail, tout était conditionné par cela ici. Pas de place pour les feignants.

Haytham commença son métier de détective probablement grâce à un moment où la chance avait décidé d’être de son côté. Alors qu’il servait son énième café, il surprit la mine anxieuse de ce type en costard, venu là probablement pour oublier ses problèmes.

Evidemment, le passionné des gens qu’est Haytham, ne put résister à cet appel, il prit une pause, et après une rapide conversation, où le regard du détective suffit à ce que le type se livre, il découvrit son histoire : Il s’appelait John. Sa femme l’avait quitté, son entreprise coulait … Bref, un destin tragique l’attendait.

Haytham se montra complaisant évidemment, il savait à tel point trouvé les mots justes, que ce John et lui finirent par bien s’entendre. Au fur et à mesure que l’amitié tissait tout seul sa toile, Haytham promit qu’il pouvait l’aider. Ce qu’il garda bien de dire, c’est qu’il n’était pas un expert en économie, et encore moins en relations conjugales, mais s’il y avait quelque chose qu’il savait faire, c’était observer les gens.

Il se mit en poste pour la solde de John. Il profila, espionna, et travailla pour résoudre les problèmes de l’homme d’affaire. Une conversation avec un homme qui sortait de chez l’ex-femme de John, une petite infiltration en tant que “simple employé” dans une entreprise concurrente, ce qui était chose facile tant la production et la gestion du personnel était déshumanisée au possible.

Un petit mensonge adressé à l’amant de l’ex-femme, pour lui dire que sa relation entre elle et lui ne signifiait rien, une petite conversation avec les employés de l’entreprise qui lui expliquaient le tout au tout de leurs productions … Haytham adorait jouer avec l’immense toile qu’était les relations humaines, et le cerveau. Il était maître dans cet art, si bien qu’il s’en sortait presque toujours sans aucune égratignure.

Après quelques temps d’action, ledit John avait reprit sa vie normalement. Il avait retrouvé sa femme, et son entreprise était de nouveau au beau fixes, les renseignements pris par Haytham ayant largement aidé à relancer son business …

Alors l’homme d’affaire remercia son ami comme il se doit : le quartier Diamant était grand, très grand. Il lui présenta beaucoup de monde, presque trop de monde, et c’est ainsi que commença le véritable rêve diamant d’Haytham, ou bien le cauchemar, selon les points de vues. Il accéda à une carrière en or, évidemment, puisque ses services étaient toujours irréprochables, l’argent coula à flot, sa réputation également, son réseau social s'agrandit toujours, de plus en plus … Mais à quel prix.

Des souvenirs de ses multiples ruptures amoureuses revinrent le tourmenter. Des disputes qui piquaient son coeur toujours plus fort … Des visages d’androïdes de la Maison Close, qui elles au moins ne pensaient pas à d’autres choses que le plaisir que devait recevoir le client …

La perte de nombreuses personnes qu’ils connaissaient de près ou de très loin, via des souvenirs d’autres gens… Et finalement la pire chose que son “don” lui avait fait ces derniers temps : l’oubli de ses propres parents, tant il était afflué de souvenirs de nombreux gens, qui avaient contribué à son succès. Et sa désillusion terrible quand il avait appris leur mort, via un flash d’information à la télévision.

Cet incendie à la noix dans la partie du quartier où il avait passé son enfance, probablement à cause de ces maudites machines qui tournaient tout les jours … Ce visage de ses parents, qu’il ne reverrait plus jamais. Emportés par les flammes.

L’enquête écartait l’hypothèse criminelle, et tout ce que Haytham put conserver de ses parents, c’était un pendentif avec l’équerre et le compas, qui avait miraculeusement survécu.

Un enterrement où il versa toutes les larmes de son corps, puis … Plus rien.

« Monsieur Creed ? Votre agenda m’indique que vous devez voir votre ami, John Davis, dans une trentaine de minutes, au “Café Bleu”. Si vous voulez être à l’heure, vous devriez partir dès maintenant. »

Ce fut Pandore qui le réveilla de sa dérive. Haytham avait définitivement besoin de repos, ces derniers temps avaient été durs pour lui. Beaucoup de visions, de souvenirs, sans qu’il puisse ne les contrôler …

« Merci Pandore. Je me mets en route de suite. » Fit-il, en se levant promptement.

Il allait faire un effort pour John. Après tout c’est lui qui l’avait propulsé au stade où il en était aujourd’hui, il lui devait au moins ça … Il enfila rapidement une veste que son assistant avait préparé pour lui, pris son meilleur chapeau, puis il sortit de son appartement.

Avant de se mettre en route, il contempla le pendentif, qu’il avait toujours autour de son cou, caché sous sa chemise. Le compas et l’équerre. Des idées oubliées.

Bientôt … Les vérités allaient se connecter, les gens allaient se rencontrer … L’heure reviendrait pour ses idées.

RP introductif

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion

#2
M. Creed! La bienvenue dans la Ville! Le quartier Diamant c'est par là! :na:

Un mentaliste curieux qui absorbe les traits de ses sujets jusqu'à le rendre malade, concocté avec une écriture précise comme celle d'un détective à l'oeuvre qui analyse tout sur son passage. J'aime cet aspect! Hâte de voir ce personnage œuvrer, se confronter à ses arcanes et mieux comprendre ses motivations.

Bonne chance pour la suite de ton histoire! n'hésites pas à poser tes questions et surtout, éclate-toi. ;)
Image

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion

#4
Bienvenue ! :heart:

Un Diamant, ça fait longtemps ! Puis la branche magique. Pas une des plus répandues, des plus simples non plus à décrire. C'est chouette, un peu de changement dans ce qu'on a l'habitude de voir. Qui m'a l'air particulièrement utile pour le job. Surtout avec le contrepoids de voir des souvenirs qu'il n'a jamais vécu. J'aime bien ces magies qui vont à contresens, qui apportent un prix à payer.

Si jamais tu as des questions, il ne faut pas hésiter à nous voir. Par MP, à la suite de ta fiche, ou même sur la CB (Pour t'y connecter tu devras créer un compte au forum dédié : http://clankravt-chatbox.kanak.fr/). On est là, et ce sera avec plaisir de t'aider si besoin est.

Comme tu as bien rempli ta fiche et signé le règlement, je te donne les accès ! Comme ça tu peux lire la partie RP. Et n'hésite pas non plus à nous rejoindre dans le flood, pour commencer à faire ta place et chiper quelques futurs RPs.

Bonne inspiration pour le reste de ta fiche ! :pinkheart:

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion

#8
Bonjour, bonsoir à tous, et que dire si ce n'est merci !

Vous me faites un fort charmant accueil, moi qui paniquait un peu à l'idée de me faire lire et tout et tout ! :ghost: Je suis ravi de vous avoir tous plu, intrigué, intéressés ... Tout vos commentaires ont tous été super sympas, et j'ai grand hâte de RP avec vous tous ! :nyu:

Sur ce, je vous annonce que ma fiche devrait être normalement terminée, si toutefois erreurs il n'y a point. J'ai tout écrit d'une traite, l'inspiration m'ayant pris de court ce soir. J'espère que l'histoire sera à la hauteur de vous attentes, et qu'elle ne sera pas remplie d'incohérence c: !

Merci encore et à bientôt ! :pinkheart:

PS : Ces smileys sont géniaux. Vraiment. :gni:

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion [Terminée]

#10
Bienvenue parmi nous. J'aime beaucoup le fait que ses pouvoirs possèdent un contrecoup, comme un genre de malédiction. Et une belle plume, fluide, qui se lis bien. :pinkheart:

Ça fait plaisir d'accueillir un Diamant. :heart: En fait, ses pouvoirs vont de paire avec son métier, très complémentaire. Sa morale va vite finir par être souillée par ici, à Sin City. :pur: Hâte de le voir arpenter les rues de la Ville. :pinkheart:

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion [Terminée]

#11
Il y a sur le bureau un cendrier où repose une cigarette allumée. Autour du mégot, les traces de rouge carmin que la blonde, assise dans son fauteuil, porte sur ses lèvres. Le regard posé sur l'écran de son ordinateur, elle s'en détache lorsque Haytham entre dans son office, faisant ainsi cesser le cliquetis léger de ses doigts tapant sur le clavier.

– Monsieur Creed... J'imagine que vous revoir ici signifie que vous avez mis le doigt sur votre coupable.

Négligemment, elle joue avec une mèche de ses cheveux pâles tandis qu'elle décroise les jambes, pour les croiser tout aussitôt. L'affaire dont elle parle ? Une série de disparition au sein du conglomérat Diamant. Des employés qui périssent n'est pas rare, mais de là à ce qu'ils se volatilisent sans raison aucune... jusqu'à ce que leur cadavre réapparaisse quelques jours plus tard sur les Docks.

Des semaines que l'industrielle a fait appel à Haytham. Jeu tordu, manière de se faire bien voir des hommes, des femmes, placés au-dessus d'elle dans la chaîne alimentaire du quartier. Le fait est qu'elle est elle-même responsable des disparitions ainsi que des meurtres des ouvriers.

– Me voici obligée de vous féliciter.

De sa voix doucereuse, elle sourit au détective, défait les premiers boutons de son chemisier pour laisser entrevoir sa poitrine laiteuse, enrobée de dentelle. Et tandis qu'elle s'assoit sur le bord de son bureau, sa jupe remonte pour laisser entrevoir le liseré des bas enserrant ses cuisses.

– Peut-être pouvons-nous nous arranger ?
Et voilà pour ton test ! A répondre comme si c'était un RP normal. Sans te prendre la tête, et avec une toooootale liberté ! Si tu as des questions, un souci, n'importe quoi ! Tu n'hésites surtout pas. :pinkheart:

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion [Terminée]

#12
Une journée comme une autre pour Haytham. Enfin pas tout à fait.

Aujourd’hui, il pensait toucher à son but pour une enquête de longue haleine. Une sordide affaire de disparitions d’ouvriers, pour ensuite les retrouver morts, quelques jours plus tard. Un mode opératoire particulièrement sordide, mais qui n’était hélas pas non plus d’une rareté absolue en Diamant.

Là où seule la loi de l’échelle sociale régnait, beaucoup de personnes étaient prêtes à empiler des cadavres pour arriver jusqu’au sommet. Une jeune dame l’avait employé pour cette affaire, depuis déjà quelques temps : une cadre comme on pouvait en voir partout, a priori. Quoique lors de ces quelques entrevues avec ladite personne, Haytham la trouvait un peu trop sûre d’elle. Ses souvenirs étaient très clairs : une intonation de voix trop haute, comme si elle cherchait constamment à s’affirmer, prouver quelque chose, et une manière constante de se mettre en valeur, du genre “je suis belle et je le sais”.

A vrai dire, plus l’enquête avançait, plus le détective pensait qu’elle savait bien d’autre choses que le fait qu’elle était belle. Quelque chose ne tournait pas rond dans cette affaire : pendant quelques temps Haytham avait suivi, à tort, la piste du fait que ces meurtres soient organisés par quelqu’un de lambda. Il avait donc cherché, sans rien trouver de vraiment concluant.

Puis était venu l’identification de ceux qui étaient morts, leurs identités. Et avec cette révélation venait la première grossière erreur de l’auteur du crime : le fait de ne pas se débarrasser d’éventuels relations des employés. Ainsi, Haytham remonta jusqu’à la potentielle famille, aux amis et aux différentes relations des victimes.

Il avait jouer avec la toile sociale, et s’en était servi comme toujours avec la grande habileté qu’était la sienne. Précisément, il pensait avoir piégé en son sein l’insecte coupable. Quelque chose ne tournait pas rond parce que tous les employés avaient plus ou moins connus la cliente d’Haytham pour cette affaire.

Cet élément étant pris en compte, en plus des quelques soupçons qu’Haytham avait à son égard en lui parlant …

Il espérait se tromper, parce qu’il détestait le fait qu’on veuille se jouer de lui, alors le détective avait décidé d’aller chercher ses informations à la source. Il avait pris son attirail de détective avec lui : chapeau, large manteau, paire de menottes et même couteau si besoin était.

Ce n’était pas dans son genre de se servir d’armes, mais il prenait toujours de quoi se défendre si nécessaire. Comme il ne pouvait pas hélas lire dans l’esprit des gens, il ne pouvait pas anticiper tout ce qui allait se passer. Il estimait donc, à juste titre, que le pacifisme avait ses limites, et que s’il était danger il pouvait se défendre. Mais seulement en cas d’une absolue nécessité.

Il était donc parti retrouver la belle blonde, chapeau sur la tête et musique aux oreilles. Il adorait la musique.

Une fois le trajet effectué, il entra dans le bureau de la jeune dame sans crier gare. En tant que détective privé, il disait toujours à ses clients qu’il pouvait les déranger à toutes heures, s’il estimait cela nécessaire, ce que les gens acceptaient généralement plutôt bien.

En l'occurrence, la jeune dame semblait travailler, ou se détendre, ou bien les deux. Une cigarette était allumée, et elle semblait s’être fait couler un verre de rouge. Haytham comprenait bien cela, après tout, lui aussi était amateur de bon vin, mais de là à en boire tout seul … Peut-être pas.

Mais en l'occurrence, les goûts pour l’alcool de mademoiselle n’était pas ce qui intéressait le détective. Il n’était pas venu là dans une optique de séduction, clairement pas.

“Monsieur Creed... J'imagine que vous revoir ici signifie que vous avez mis le doigt sur votre coupable.”

Lui fait-elle, alors qu’elle joue avec une mèche de ses cheveux, et qu’elle bouge ses jambes. Une intonation de voix faussement sûre d’elle, et une affirmation. Les yeux d’Haytham parvinrent à montrer qu’elle était stressée, ses micro-gestes pouvant être interprétés comme une manière pour elle de détourner son attention. Le fait qu’elle soit sûre qu’il avait trouver le coupable était également étrange. Elle se sentait visée, mais Haytham préféra se taire pour l’instant.

“Me voici obligée de vous féliciter.”

Le féliciter pour quoi au juste ? Haytham n’avait encore rien dit. Elle persistait encore dans son attitude, ce qui était au moins étrange, ou au pire suspect. En l’occurrence, le jeune homme savait clairement de quel côté penchait la balance.

Et comme pour détourner l’attention une deuxième fois, elle se met à lui faire un sourire qui ferait chavirer le coeur de n’importe quel homme et elle commence à se dénuder. Elle est belle, et elle le sait. La première hypothèse d’Haytham se confirmait, bien que celle-ci n’était pas non plus une déduction incroyable. A vrai dire il fallait au moins lui reconnaître ça : cette jeune femme savait comment flirter avec le vice.

Son corps était bien évidemment plus que désirable, ce qui ne laissa pas indifférent Haytham qui eut le rouge qui lui montait au visage. Le jeune homme eut une soudaine remontée de vagues souvenirs de ses précédentes conquêtes amoureuses, et de ses quelques passages à la maison close. Alors que les sensations qui venaient avec les souvenirs inflitraient son corps, une envie de tout jeter le pri. Quand la jeune femme se posa ainsi sur le bureau, il savait qu’à partir de maintenant il pouvait se passer maintes choses très intenses.

Néanmoins il suffit d’une seule et unique phrase pour le ramener à la réalité des choses :

“Peut-être pouvons-nous nous arranger ?”

Si les yeux d’Haytham pouvaient hurler, ils diraient sans doute à cet instant précis : “COUPAAAABLE”.

Immédiatement, son statut venait de passer de femme séduisante, à dangereuse meurtrière. Ce qui avait de quoi calmer les ardeurs de n’importe quel homme, même d’un détective mentaliste un peu trop échaudé parce que malgré tout corruptible.

Haytham fit mine de se prendre alors à son jeu, se rapprocha d’elle et commença à lui saisir les bras. Comme pour se démasquer définitivement, la jeune femme eut alors un regard lubrique que seules les plus grandes succubes tentatrices du quartier Ambre pouvait avoir …

Dans un vif et soudain geste, Haytham passa alors les menottes sur les mains de la jeune femme, puis la neutralisa contre le bureau, pour l’empêcher de hurler. Le jeune homme dégaina ensuite son téléphone, et appela ses contacts de confiance dans la Police de la Ville. Ceux qui savaient qui était Haytham Creed, et qu’ils pouvaient lui faire confiance.

Le détective prit alors le temps d’effectuer son signalement, dans les moindres détails, puis dès qu’il eut fini, il attendit la venue des forces de l’ordre, avant de partir.

Sur le chemin du retour, Haytham prit son pendentif entre ses doigts, et repensa à ce qu’il avait failli faire, quelques minutes plus tôt, et sur ce qu’il aurait pu advenir s’il l’avait fait.

Avoir un don, exercer le métier qu’il avait, avoir des valeurs … Cette Ville était pleine de rebondissements, sa vie actuelle ne tenait vraiment qu’à un fil. La chose la plus éternelle là-dedans était sans doute les idées : mais est-ce que ces idées qu’il avait pouvait autant se permettre d’être aussi immuables que cela ?

Une vaste question philosophique, qui trouva une place dans son cerveau, avec les nombreux souvenirs qu’il emmagasinait depuis qu’il avait développé son don.

Une question qui viendra régulièrement le hanter, inexorablement, en attente d’une réponse absolue qui ne viendrait sans doute jamais. Telle était la vie que le détective avait choisi.

Voili voilou ! J'espère que ça suffira !

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion [Terminée]

#13
La réponse est géniale ! :nyu:

Par contre je suis désolée, je n'aurai pas le temps de te valider aujourd'hui. Et je ne sais pas si Kap pourra. Du coup, pour ne pas te faire trop attendre, je te donne de suite ta couleur et ton rang ! Tu peux aller vagabonder en RP, harceler les joueurs pour en avoir et tout ça. Tu es validé !

Et je viendrai demain commenter tout ça et dire à quel point j'adore ton personnage et ta fiche. :pinkheart:

Re: Haytham Creed - Réflexion & Passion [Terminée]

#14
Je suis là, je suis là !!

J'aime bien Haytham. Il est loin de la froideur mécanique du Diamant, humain avec sa magie. J'en ai beaucoup aimé la description, d'ailleurs. Précise sans être totalement restreinte et, comme je l'avais dit dans mon précédent commentaire, le contrepoids d'avoir des souvenirs qui ne lui appartiennent pas. J'ai toujours eu un faible pour les limites de la magie, ce prix réclamé pour la pratique. :heart:

Tout ça ajouté à son caractère, ce détail sur ses yeux. Il est vraiment humain, ton personnage. Monsieur Toutlemonde comme tu le dis toi-même, avec ce petit truc qui fait qu'il est unique. Captivant, aussi. A vouloir absolument savoir ce qu'il se passe dans sa tête.

Puis ! Un petit coup de coeur pour ça :
Si le quartier Diamant représente d’immenses rouages capitalistes qui servent à construire la Ville toute entière, alors Haytham est celui qui se passionne pour les petits écrous qui permettent à la machine de marcher, ou ces grains de sables qui à eux seuls peuvent bloquer un système pourtant infiniment complexe.
Tu vises tellement, mais tellement juste !! :nyu:

Pour le reste, tu as l'ambiance du contexte. Pandore ajoute ce côté moderne, actuel (Alexa !) à la fiche. J'ai même cru, à la première lecture un peu rapide, que c'était une automate. Mais cette idée d'assistant personnel, c'est bien pensé ! Très peu, voire pas du tout, exploitée. Ajouté à un côté philosophe qui transparaît, en particulier dans le test. Ouais. Haytham est génial. :heart:
Répondre