Faction Ambre

#1
Hell
Pris
Image
Avatar libre

Atout Sambre, maîtresse de la maison close Ambre
Magie : Un rapport avec les serpents. Quelque chose qui rampe, caresse. S'enroule et s'insinue. Se glisse entre les seins, entre les corps en ébats.

✒ Les lèvres aussi chaudes qu'un brasier, les cuisses plus brûlantes que les tréfonds de l'Enfer. Une personnalité outrageuse. Parfois vulgaire. Mais toujours poussée, assumée. Nulle raison de dissimuler les pêchés, s'embarrasser dès qu'il est question de sexe.
Une éducation stricte. Religieuse. Avec la présentation de la vie comme un lieu fait de tentations et de pêchés. Prières et rédemptions. Haut col, longue jupe, culotte de coton. Coiffure et chaussures sages. Surtout, ne jamais tenter les hommes. Aucune religion ne doit être nommée, restez vague, concentrez-vous sur les ambiances.

La sensation d'étouffer. Que ce n'est pas son monde. La bile qui remonte lorsqu'il faut allumer un cierge. La déglutition difficile, la mâchoire serrée durant la prière qui précède le coucher, à genoux devant son lit. Les rêves agités qui laissent les joues rouges et chaudes, les cuisses humides au réveil.

Faire semblant toute sa vie. Supporter, survivre. Puis, un jour, la Ville. On ne sait où. On ne sait comment. Mais la Ville, et tout ce qu'elle a à apporter. La révélation, surtout. L'Eveil. La certitude d'être enfin là où est sa place. Et la maison close pour s'épanouir pleinement, rattraper tout le temps perdu à étouffer derrière chignons et cols boutonnés jusque la gorge.

Re: Faction Ambre

#2
Eamon Sambre
Libre
Image
Avatar et prénom libre

Patriarche bipolaire Ambre.
✒ Lorsque petit Papa Dante Sambre est mort assassiné, ses dernières volontés furent de léguer sa faction au moins bien né de ses enfants. Un obscur héritier, pondu d'un énième viol et qui jusque là avait été abandonné et oublié de tous dans le réel. Ce petit Eamon. Qui quoique un peu tourmenté avait jusque là grandi dans le réel sans trop faire attention à ces rêves déments qui lui annonçaient un grand destin.

Ton père habitait dans une Ville qui n'existe pas et régnait sur une bande de putes à gros seins siliconés. Maintenant c'est toi notre roi. Et tu vas venir avec nous ou on demande à une Succube de te pomper jusqu'à ce que mort s'en suive. Et voilà comment Eamon. Ce pauvre bonhomme un peu effacé, timide et terne, se retrouva propulsé à la tête d'une des Neuf puissance de la Ville. Ambre. Donc. Faction de démonistes furieux, de psychopathes sous acide, de nymphomanes cannibales et autres joyeusetés. Inutile de préciser que pour Eamon cet étudiant qui se rêvait écrivain, la tâche semble insurmontable. Plutôt tendance à fuir ses responsabilités, à raser les murs. Avec son teint terne, ses yeux tristes et insomniaques, et ses vêtements gris et usés. Ni le physique de l'emploi. Encore moins la poigne nécessaire à tenir en main ce joyeux cirque.

✒ Donc Eamon essaie de se faire oublier. De s'enfermer. De se cacher. Avec ses mots. Son petit carnet catalyseur dans lequel il écrit son mal être avec son sang. Tout plutôt que de faire face à ces tarés consanguins qui rivalisent d'orgie aux pieds du trône embrasé. Tout le monde se demande ce qu'il fait là. A commencer par lui même.

Parce que personne n'a encore rencontré l'Autre. L'Autre. Ce jumeau maléfique. Cette création bipolaire et malsaine née des écrits de Eamon. Celui qui s'éveille quand Eamon sommeille. Celui qui règne réellement. Hante les rues comme un spectre meurtrier. Tue. Lacère des femmes. Grave à même la peau de ses proies des vers meurtriers. L'Autre. Cette part d'ombre. Ce fantôme littéraire. Ce cauchemar qui d'un carnet devint chair et bas instincts. Eamon ne le connait pas. Mais le pressent. Le devine. N'a t'il pas écrit en guise de préambule à ses petites histoires secrètes, dans son carnet que nul ne doit ouvrir, cette formule qui sonne comme un avertissement.
L'Enfer c'est l'Autre

Re: Faction Ambre

#3
Ambrosia Sambral
Libre
Image
Le prénom est libre. Privilégiez les modèles rousses.

Psychiatre, Directrice de Larkhill Asylum.
✒ A l'image des Sambre, les Sambral ne sont pas rongés par l'ambition du pouvoir. Totalement apolitiques, pour eux peu importe qui est la tête de la lignée régnante ; qui dirige l'Ambre. Ce qui compte, c'est qu'on les laisse tranquille. Qu'ils s'amusent sans se soucier du reste.

Et Ambrosia est la pire. Elle est cette tante qui offre à ses nièces aux tendances nymphomanes, une ceinture de chasteté. A ce cousin qui adore les jeunes femmes, un flacon de viagra pour suivre la cadence. A ce petit neveu cocaïnomane qui sort tout juste de cure de désintox, une dose pour le pousser à replonger.

Une femme à l'esprit vivace qui a toujours une idée derrière la tête. Sans doute malsaine, mais surtout tordue. Tout pour faire ressortir les vices et défauts des autres. En rire, s'en amuser. Et tout aggraver. Juste parce que c'est drôle.

✒ C'est pour cette raison qu'elle a pris la tête de Larkhill. L'Asile de la Ville avec un grand A. Et si les infirmiers et les autres médecins aident les patients à s'en sortir, Ambrosia, elle, fait partie de ceux qui ne font qu'accentuer phobies et déviances.

Combien de patients sont sortis de son bureau, plus ravagés qu'ils ne l'étaient en y entrant ? Combien de fois a-t-elle osé le décolleté trop plongeant, la jupe trop courte, pour tenter ces pervers qu'elle recevait ? Combien de personnes a-t-elle fait interner parce qu'au bout de neuf séances de psychanalyse, aucun changement était notable, et cela l'agaçait ?

Tant de magouilles. De coups bas. Uniquement pour remplir les chambres de Larkhill. Aggraver les désaxés. Et rendre la Ville plus folle et plus dérangée qu'elle ne l'est déjà.
Post Reply
cron