Clôture de l'Appel à Texte

#1
En conclusion

Recueil de textes. : Le pas de côté.
Ce fut au delà de nos rêves les plus fous ! Les chiffres parlent d'eux même : 34 textes postés. Ce qui fait sur une durée d'un mois, plus d'un texte par jour. Vous êtes géniaux. Sincèrement ça fait plaisir, énormément plaisir même. Un grand merci à ceux qui ont joué le jeu.
Image
Le sujet a été clôturé et verrouillé. Mais les textes ne vont pas disparaître. L'idée du concours, de faire voter a été abandonnée. Parce que vos textes méritent bien mieux que ça. Et que choisir serait impossible. Ils vont remplacer les anciennes intrigues qui étaient mises en avant dans le topic des citations en or. Servir de vitrine. Et lorsque que quelqu'un se demandera ce qu'est un Seuil, nous l'aiguillerons vers ce recueil dantesque.

J'ai trouvé l'expérience déroutante, touchante et envoûtante. Les textes sont souvent bien plus profonds que des RPs. Beaux, mystérieux et poétiques. L'anonymat a permis à certains de révéler des facettes inattendues de leurs plumes. Des sensibilités que l'on ne leur connaissait pas. Certains semblent plus personnels, plus...proches, porteurs de messages, de cris du coeur. Et cet exercice de confiance, cette façon de se mettre - un peu - à nue est pour moi...je ne sais pas...très, très, attendrissant. Merci pour votre confiance !

Enfin ça a donné d'excellentes indications sur la route à suivre pour la refonte. Epurer au maximum le contexte. Ôter tout ce qui pourrait gêner. Ne garder que l'essentiel et vous laisser faire le reste. Etendre aussi le rapport au réel. Faire voler en éclat le quatrième mur. Celui qui sépare les joueurs du contexte. Favoriser l'immersion. Cette idée que C.K est un Seuil propre. Que la Ville existe. Qu'un jour vous aussi vous pourrez la croiser sur vos routes.

Vos évocations de la Ville sont aussi magistrales. Certes Elle est très peu décrite dans son architecture. Mais son ambiance. Tous vous lui avez donné une conscience, une personnalité, comme une volonté diffuse et malsaine. Elle a pris corps sous vos plumes. A mi chemin entre le lieu et le concept philosophique ou la métaphore. Elle respire. Se contracte ou se détend. S'offre et se refuse. On ne sait pas pourquoi. Vos plumes sont mystérieuses, troubles et floues. Mais on devine comme un soupçon d'intelligence à ces vieilles pierres.

Ce qui se profile pour la suite, c'est une ouverture plus large du contexte. Vous laisser encore plus de latitude, laisser aussi une plus grande place aux personnages inventés, à ceux qui viennent du réel, moins bloquer les hiérarchies, que chacun puisse trouver sa place. L'important et vos textes le prouvent ce sont les histoires individuelles. Les sentiments. Ce que chacun a au coeur. Moins d'enjeux tonitruants, moins de guerres, plus de métamorphoses, d'évolutions, de mélancolie et de grisaille.
A vous la parole
Les auteurs : A la suite, si vous le souhaitez, vous pouvez vous dévoiler. Nous dire quels textes vous avez écrits. Soyez exhaustifs. Parlez nous des idées sous jacentes. De vos inspirations. Du processus d'écriture. Ce qui a changé d'un RP. Bref, balancez ce que vous avez sur le coeur. J'éditerais les textes postés pour les créditer à chaque fois que quelqu'un se dévoilera.

Commentaires : N'hésitez pas aussi à parler des textes qui vous ont plu. De ceux qui vous ont marqué. De votre ressenti global sur l'Appel, sur les thématiques du corpus. Même si vous n'avez pas participé, il est aussi possible de laisser vos avis. C'est toujours gratifiant pour ceux qui écrivent.

Retrait des textes : Si certains veulent que leurs textes ne soient pas utilisés et affichés, utilisez le compte de Magicopolis pour m'envoyer un MP sous Kaprice. Je m'occuperais de les retirer.

Ce fut une très belle expérience. Mais qu'on ne renouvellera pas tout de suite. Afin de garder intact son souvenir. Plus tard peut être. Mais on va plancher sur d'autres événements de la sorte. Axés sur la liberté de plume, la parenthèse dans le RP et l'anonymat.
Encore merci et très bon jeu sur C.K !

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#2
Alors je m'y colle en premier :nyu:

J'ai vraiment trouvé ce topic d'une qualité incroyable, il y a des textes qui pouvaient presque faire des introduction de nouvelles, c'était vraiment puissant. Et rigolo de découvrir la Ville d'un point de vue qui n'est pas "perso-centrée" au travers de nos personnages à tous mais plus neutre. C'était un exercice déstabilisant, et je trouve le rendu vraiment brillant.

Pour ce qui est de moi, je dois dire que j'ai été inspiré, j'ai écris trois textes. Le premier, c'était le jeune garçon coincé dans une ruelle qui tue des policiers, saute un grillage et est réceptionné par des rabatteurs de l'Onyx. J'avais envie de montrer comment la voie du crime pouvait être le chemin de la ville. Pour la petite anecdote, à la base j'avais prévu que l'enfant se cache dans un hôtel, et que la porte de sa chambre mène à la maison close Onyx alors qu'il se pensait tiré d'affaire et libre. Je l'avais imaginé tomber sur Tskar qui lui aurait balancé un collier de cuir en lui disant un truc délicat du style "Enfile ça pute et mets toi au turbin". Finalement je l'ai pas fait mais je trouvais l'idée drôle X)

Mon deuxième texte, c'est la manifestation. Je trouvais ça rigolo de jouer sur le contraste de règle qu'il peut y avoir entre le Réel et la Ville. Dans le Réel il y a toujours des règles, des lois ou même de la bienséance. La ville c'est la loi du plus fort, l'anarchie la plus totale et le chacun pour soit. Du coup je trouvais ça intéressant de montrer des gens qui se battent pour leurs droits qui se retrouvent dans un endroit où leur massacre n'est ni un problème ni une fatalité.

Et mon dernier texte, c'est "Dorian's farewell". Certains l'auront reconnu, Dorian c'était mon perso, poète dépressif du fait d'un amour impossible avec une femme de la noblesse. ça fait longtemps que je ne le joue plus et je trouvais qu'il faisait un peu doublon avec James dans le genre dandy mélancolique. Du coup je voulais lui offrir une belle fin, surtout parce que je n'avais jamais écris un RP positif avec lui. Je suis vraiment content de ce texte, j'avais envie d'écrire quelque chose de plein d'espoir et de résolument optimiste. Et puis c'était rigolo de prendre la consigne à l'envers et de montrer le pas d'un Natif vers le réel justement, qui lui aussi découvre tout avec des yeux neufs.

Pour ce qui m'a marqué, je dois dire que le premier a passé la barre très haut. Le choix de narration, l'histoire, le rythme, j'ai été impressionné franchement, félicitation à l'auteur. Le deuxième est très chouette aussi, très romantique. Les histoires d'amour qui finissent mal, c'est vraiment trop bien. Tunnel était vraiment d'un très haut niveau aussi, je dois dire que j'ai pris une petite baffe sur ce texte dont je pense deviner l'auteur. Après dans un autre registre, j'ai trouvé "la Robe rouge" et "le bout du terrier" super rafraichissant et entraînant avec ces phrases répétées encore et encore. J'ai trouvé l'écriture énergique, et je le ressentais vraiment à la lecture. J'aimerais en citer au moins deux trois de plus, mais le temps et les mots me manquent. Je citerai tout de même Tango qui est d'une poésie alarmante, et cette phrase, de ce texte sans titre: "Gamin, si on m’offrait l’Enfer et cette Ville, je revendrai la Ville au prix du terrain pour aller vivre en Enfer." C'est hyper classe, cinglant, une vraie réplique de cinéma. Je trouve que soigner sa dernière phrase c'est presque plus important que soigner la première et là il faut avouer, ça balance grave sa mère! (ce qui sera, me concernant, ma dernière phrase :pur: )
"Every disguise is a Self portrait"

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#3
En toute franchise, j'avais un peu peur. L'idée de l'Appel m'emballait, tant par le thème que par la nouveauté de l'exercice. On avait déjà tenté le genre, avec le sujet commun de Kinna et la possibilité de prendre le compte du Conseil pour incarner un personnage construit spécialement pour le RP.

Une petite inquiétude, de voir ce que ça donnerait. Si l'anonymat serait respecté jusqu'au bout. Si certains se donneraient la peine de commenter les textes des autres. Si il y aurait une participation. Et ça va juste au-delà des attentes. Plus de trente textes, oui, c'est juste énorme ! On pourrait tellement, tellement en faire un recueil. :heart:

I'm sick of their city games ; And I can't tell if I open the door on Heaven or Hell. Ces deux textes sont... bluffants. Tout simplement. La façon dont ils s'imbriquent l'un avec l'autre. La plume emporte, donne cette envie de se glisser dans la vie de Kingsley, décortiquer ce qu'il a dans sa tête.

Un coup de cœur un peu plus personnel pour Néant. J'aime ces textes qui font échos à d'autres, ces RPs qui insèrent des références à ce qui a été écrit avant, et par d'autres. Comme un véritable univers où l'action d'un personnage a des répercussions sur un autre. Et au-delà, c'est ce mystère qui plane. Qui est ce Il, et surtout est-il mort ? C'est la libre interprétation qui est géniale je trouve. La décision laissée d'en choisir sa fin.

The beginning is the end, the end is the beginning est saisissant, aussi. Plutôt, dans cette idée que le Seuil, le secret du passage est gardé, transmis à une génération future. A l'image de La Ville est bleue comme une orange, et son fil conducteur qu'est la photographie. Comme une couverture : elle ouvre et referme le texte. Ca m'a laissée troublée : est-ce que tout le Réel ressemble à la photographie une fois qu'on a connu la Ville ? Ou est-ce que cette photo est le présage de ce que sera le futur ? Et cette figure, est-ce que c'est cette femme, celle qui laisse le personnage qui passe le Seuil s'en aller ?

Bien sûr, je rejoins James sur le fait qu'il y a tant de choses à dire. De textes en particulier à commenter parce qu'ils sont chacun superbes.

C'est cette vision de la Ville, de l'aborder. Du Réel, de comment il est perçu. Sans s'enfermer dans l'obligation du personnage, dans le doute du si je mets mon personnage en scène est-ce que je dois lui faire avoir cette répercussion sur son évolution.

Ca a été l'occasion de tester de nouveaux aspects. De nouveaux Seuils. De l'inspiration, pour d'autres RPs. L'envie de fixer sa télévision dans l'envie de rejoindre la Ville pour de vrai. De tracer une marelle dans la cour. Participer à la prochaine manifestation, se perdre dans les couloirs du métro...

Je pense avoir deviné plusieurs auteurs. Et c'est superbe, de (re)lire certaines thématiques, des échos à d'autres et anciens prédéfinis ou personnages. De découvrir certains joueurs sous une autre plume, un autre type d'exercice.

Un vrai plaisir, de vous lire sous une (ou plusieurs) autre(s) facette(s). :heart:

Ca a été génial de vous lire ! :nyu:

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#4
Alors personnellement je n'ai pas participé :question: je voulais au début, puis mes idées ont été toutes chamboulées par les premiers textes, c'est partit dans tous les sens dans ma p'tite tête :lol: je pensais livrer un ou deux textes "au finish", cette semaine, mais hélas l'IRL m'est tombé dessus avec force - au sens propre xD - et j'ai pas eut le temps d'écrire ne fut-ce qu'une ligne de quoique ce soit de rpique :rampe:

Tant pis, toutes les idées que j'avais soigneusement trié resteront lettres mortes, sauf si je trouve à les replacer dans des rps, on verra :question:

Sur l'idée en tous cas j'aimais beaucoup. Toooooooooooooooooout au début quand je suis arrivé, il y a longtemps, il y avait des textes d'ambiance, et je crois, sauf si je m'embrouille, qu'on pouvait en proposer :question: à l'époque c'était pour cerner des parties éloignées du contexte, je me souviens d'un très beau texte sur l'Espagne kravtienne qui m'avait beaucoup plu notamment - avec de l'inquisition et des gamins qui jouaient avec une tête coupée :p - j'ai longtemps regretté qu'on ait plus cette habitude de fournir ce genre de texte, et je trouvais vraiment que renouveler le genre était une très bonne idée comme on a renouvelé le contexte. Illustrer les nouvelles "terres inconnues" du contexte, non plus des pays lointains mais les Seuils :help:

Et alors sur les réalisations... franchement je ne saurais pas quel texte salué, tant il y en a qui m'ont marqué. J'avoue que les premiers m'ont le plus marqué, parce que je pense que je m'y attendais pas. Je pense surtout à celui de la petite fille, du mec maudit et de l'objet en verre à secouer :question: c'est celui qui s'est le plus imprimé dans ma tête, un peu comme celui dont je parlais au tout début, je crois qu'il me restera longtemps en tête. Ca et la petite princesse, mais je fond toujours quand on explore ce thème-là sur CK, surtout sous cette plume.

En tous cas si je regrette profondément que les imprévus de la vie m'aient empêché de poster un ou deux textes sur la fin, je suis vraiment ravie du succès que ça a eu :help: je crois que ça prouve que si certains, comme moi d'ailleurs, ont des difficultés avec certains de leurs perso dans le nouveau contexte, en soit le "fond" kravtien inspire toujours, fut-ce avec d'autres plumes, d'autres perso, toussa :help: et puis quel régal à lire quand même :bave:

Bref félicitation à tous, la lecture a été vraiment plaisante :superman:
Image
Spoiler:
Image
Image
Image

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#5
Que dire... Cela fait bien longtemps que je n'ai pas été aussi inspiré. Sincèrement. Je l'ai été brièvement, car l'IRL est revenu au galop pour me rappeler que je lui devait une certaine dose d'attention, mais fortement tout de même. Quelques idées sont restée au placard, pourquoi par les ressortir un jour...

Quant aux autres textes, j'ai été bluffée par la diversité et l'inventivité de vous tous. Vous êtes impressionnants et je vous admire d'avoir réussi à livrer un portrait de la Ville aussi complet. Dans les textes que j'ai préféré (mais je les ai tous aimés) je placerai le premier (vieux souvenirs de JDR) et La Robe Rouge (bien trop cinématographique pour ne pas me séduire) et Certains de lointaines planètes (qui parle de théâtre, mon troisième médium favori)

Quant à moi, je suis auteur de cinq textes. L'aviatrice se crashant dans un immeubles, la seringue qui vient tout de suite après, Just Married, Une Moitié de moi (dont la moitié du titre est caché car en noir hehe) et l'histoire de Sullivan le photographe sauveur d'enfants.

Je vous aime tous et j'espère bientôt pouvoir recommencer à écrire avec vous ♥

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#6
Cet Appel. Tous ces textes, qui éveillent, chacun à leur façon très personnelle, quelque chose. C'est magique, magnifique de découvrir autant de facettes de la Ville, mais aussi de personnages qu'on ne croisera - pour la plupart - certes pas en rp, mais qui ont eux aussi leur existence propre, leurs joies, leurs peines, leurs espoirs, et tout ce qui constitue une personnalité à part entière.

Certains textes m'ont soufflée par leur force, d'autres m'ont tiré une larme, j'ai ri aussi, parfois. Merci à tous ceux qui ont permis, qui ont, à travers leur participation, rendu possible ces visions sans cesse changeantes de l'univers du forum. (Infami(ll)e, Le Cirque des Brumes, Néant, The beginning is the end, the end is the beginning, Exil et Tempête ont ma préférence. Les descriptions sont sublimes, vivantes, quelque chose de triste, toujours, mais de tellement puissant.)

Ça ouvre des tas de perspectives, ça aide à apprivoiser des éléments qui jusque là pouvaient sembler un peu nébuleux. J'ai toujours été nulle en devinettes, aussi je pense n'avoir reconnu qu'une ou deux plumes, mais qu'importe puisque toutes m'ont fait rêver, chacune à sa manière. Chacune avec ce petit quelque chose qui rend le sujet unique malgré le thème abordé commun à tous.

Bravo à tous les participants, parce que ce n'est pas toujours évident de se glisser dans la peau d'un anonyme, d'un personnage mouchoir qui ne servira que le temps d'une histoire brève. Et tout le monde a su avec ses mots, son style, rendre l'exercice bluffant en y ajoutant un plaisir de lecture inouï ! :nyu:
Spoiler:
En ce qui concerne mes propres textes, je n'en ai fait que deux. Le premier parle de cette petite fille, qui décidé un jour de suivre un chat, un simple chat, et se retrouve embarquée dans une drôle de promenade. La Ville la rend finalement au réel, à sa mère, à sa vie, sans pour autant renoncer à elle. Une suite est prévue à travers un prédéfini. Je voulais explorer ce côté d'une Ville qui bien que toujours impitoyable sait se montrer miséricordieuse, de temps en temps.
Le second texte, est né avec cette envie d'un Ashfield, d'un artiste, tortuté, qui se sert des seuils pour tester son pouvoir sur les humains normaux, dans le réel. Ce qui a finalement débouché sur la fiche de Requiem, qui ressemble bien peu à ce premier jet. :P

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#7
Pas de barrière, la Ville, le Réel et les Seuils entre les deux. Nouveauté qui a été plus que récompensée à mon sens vu le nombre de textes.

C'était pour moi à la fois plus facile et plus difficile d'en écrire. Il faut un début, une fin et un milieu assez attirant, et tout ça, sur pas énormément de lignes. Une courte nouvelle. Moi et mes descriptions à rallonge, on doit souvent prendre la porte. Et puis, pour les RP, il y a la possibilité de s'appuyer sur les histoires précédentes, sur des descriptions, sur le texte d'avant, ça donne de la matière, des idées, à réfléchir. Là... tout doit sortir de l'esprit de manière synthétique. Le mien n'a jamais aimé le court. Et n'a jamais su tenir assez la durée pour écrire du long.

Quant aux côtés plus faciles, c'était justement le fait d'être libre. De ne pas devoir réfléchir à telle ou telle possibilité à laisser, à offrir au joueur en face. Pouvoir laisser s'exprimer ses envies passagères, ses petits défauts aussi, qu'on se refuse en RP. Je suis l'auteure de trois textes, avec une préférence pour mon dernier qui m'a justement fait remarquer, que non, on n'était pas forcé de faire comme les autres et de rester loin de la Ville qu'on connaissait déjà. J'ai appuyé le sujet, j'ai plongé mon texte dans un des RP qui m'avait le plus touché depuis que je suis arrivée et Néant est né. Boréas, l'Observatoire, le Peintre, le miel et la tasse fêlée. On en entend parler de Boréas, tellement qu'on en vient à l'aimer. Tellement qu'il m'a tenté, et que j'ai hésité entre lui et Dramira. J'ai enfin eu l'occasion de m'en servir de PNJ, avec le plus grand des plaisirs. Merci à Vhaal pour nous le faire découvrir dans la CB. :nyu:
Et ce Il, j'ai bien aimé donner ce côté mystique, mystérieux au personnage central. On ne sait même pas s'il existe vraiment au final. Peut-être n'est ce que l'esprit de Boréas. un fantôme de son passé. Et oui, le corps à la fin, j'ai refusé de détailler, j'ai préféré laisser au lecteur s'offrir sa propre fin. Parce que je refusais de choisir. Je ne sais pas qui est mort, je ne veux pas savoir, et ça ouvre une multitude de possibilités qui me font frissonner toute seule.

Le premier texte est le plus brouillon, Reflets éphémères. Trop d'idées. Ce besoin d'écrire, et malgré plusieurs jets, il est resté confus. Justement. C'est aussi pour cela que je l'ai posté. J'aime bien pouvoir lire les méandres des RP que les joueurs pensent ratés. Je ne savais pas si j'arriverai à écrire un autre texte, alors j'ai laissé une petite trace. Parce que les Seuils ne sont pas forcément nets et précis. Il m'a bien plus dans ses défauts.

Le second texte, Au bout du terrier m'est venu alors que je répétais tout le temps En r'tard en r'tard chez moi en courant partout, tout en disant sur la CB que j'étais en retard. Arrivée chez un pote, il s'est mis à faire la même chose, et je me suis dit que c'était une généralité assez amusante des gens aujourd'hui. Amusante c'est ce que j'ai voulu casser. Le texte est rapide, et n'aurait pas pu être plus long. Le Seuil reste flou, je le voyais ici comme une sorte de libération éphémère des problèmes du Réel. Petit clin d'oeil à Kapine du coup aussi. :rabbit:


Concernant les textes qui m'ont marqué... je vais avouer que je ne les ai pas tous lu avec le temps mérité. Avec la réflexion, et la recherche du petit quelque chose. Les premiers sont juste... :ayy:
Sans doute parce que je ne m'attendrai pas à tout ce côté poétique. Magique. Et cette écriture magnifique.
J'ai beaucoup aimé le clin d'oeil au Petit Prince (si c'en est un), et puis ce côté très cinématographique, très Sin city dans la Robe rouge, la magie de Rosebud, Certains de lointaines planètes est juste époustouflant.
Mais la phrase qui m'a le plus marquée, parce qu'elle est toute à la fin d'un texte, qu'elle le conclue magnifiquement bien, avec cette pointe de douleur, mais de fierté, cette profondeur. Parce qu'elle dépeint le côté sombre, noir, poussiéreux, crasseux, invivable du petit peuple reste :

« Gamin, si on m’offrait l’Enfer et cette Ville, je revendrai la Ville au prix du terrain pour aller vivre en Enfer. »

Après il y a d'autres textes qui font frémir. Poignants. Celui du violoniste. Le Cirque des Brumes, La Ville est bleue comme une Orange, Dorian's Farewell...

Et il y a celui qui m'a mise mal, qui m'a fait me rappeler beaucoup trop de choses. Qui m'a fait réfléchir. Infami(ll)e.

Alors merci à tous ces auteur(e)s, pour ces textes qui font palpiter notre petit coeur, qui font tourner notre cerveau, qui nous tiennent éveiller et plongent pour faire remonter à la surface des souvenirs, des émotions pures et lavées de toute la saleté de l'extérieur pour l'offrir à la Ville. A cette Ville que l'on a tous adoptée. Notre Seuil à nous, c'est cet écran devant lequel on est, il permet de balancer ses idées, ses peurs, ses envies, ses désirs, ses colères, mais laisse le physique à l'extérieur. Loin du reste. :heart:
Image

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#8
Il faut que celui qui a écris cette phrase ce dénonce, qu'on lui offre un médaille, je sais pas mais ça ne peut plus durer comme ça :ghost:

C'est le genre de phrases qui pourrait se retrouver sur un header de forum tellement elles vous hantent.
"Every disguise is a Self portrait"

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#9
✒ Les auteurs : A la suite, si vous le souhaitez, vous pouvez vous dévoiler. Nous dire quels textes vous avez écrits. Soyez exhaustifs. Parlez nous des idées sous jacentes. De vos inspirations. Du processus d'écriture. Ce qui a changé d'un RP. Bref, balancez ce que vous avez sur le coeur. J'éditerais les textes postés pour les créditer à chaque fois que quelqu'un se dévoilera.
Comme certains m'avaient grillé, je suis en effet le taré hyperactif à l'origine de
- I'm sick of their city games
- Rosebud
- Certains de lointaines planètes
- Nothing is written unless they write it
- And I can't tell / if I open the door / on Heaven or Hell
- Oh no one knows chat goes on, behind closed doors
- Running is a victory (pardon pour le dépassement de délais, à propos ^^' j'ai vu que quelqu'un d'autre avait posté et je me suis dit, youhou, encore une occase...)

Ce qui changeait d'un RP : je pouvais poster comme un malade :face: et honnêtement, ce n'était pas le but du topic mais je l'ai vécu comme ça instinctivement, viscéralement pourrais-je dire, ça a viré pour moi au processus créatif d'une pièce supplémentaire pour ma galerie de persos. Comme jusqu'alors les Seuils n'étaient que peu ou pas présents dans leur vie, le fait d'écrire avec comme seule règle de faire franchir des Seuils à des personnages m'a lancé sur la piste de ce Kingsley/King et de sa famille, de la façon dont il vit la présence de ces Seuils toujours menaçants mais aussi salvateurs, des équivalents que ça peut avoir pour lui avec le risque du coming-out, de vivre sa vie à fond quelles que soient les conséquences, de cette guerre pour la liberté de "franchissement" qu'il mène contre un "méchant" qui représente la force opposée, celle du "blocage", du statu quo... Voilà, j'ai décrit sa vie quasiment dans son intégralité, et j'ai en même temps "refondu" mes vieux persos d'avant le nouveau contexte, Kornalis Alaman et Judex, qui sont maintenant complètement ancrés dans le nouveau contexte. Ce qui va m'aider à repartir du bon pied. ^^
Spoiler:
Pour ceux qui s'interrogeraient sur les titres :
I’m sick of their city games
J’écoutais juste John Wayne de Lady Gaga en écrivant. Et pour un jeu qui se passe dans une Ville...
Rosebud
J’ai aussi des références classes. Episode inspiré de Citizen Kane.
Certains de lointaines planètes
L’une de ces bohémiens de Leny Escudero dont « les enfants et les anciens marchent en tête. »
Nothing is written unless they write it
Pour certains hommes, rien n’est écrit tant qu’ils ne l’écrivent pas eux-mêmes. Dédicace à ce vieux T.E.
And I can’t tell/if I open the door/on Heaven or Hell
Ceux qui savent, savent. Tous vos choix ont une importance.
Oh, no one knows what goes on behind closed doors.
Un petit air de country mélancolique et romantique à la fois, pour clore la saga.
Running is a victory.
...Le retour à mes personnages existants.
✒ Commentaires : N'hésitez pas aussi à parler des textes qui vous ont plu. De ceux qui vous ont marqué. De votre ressenti global sur l'Appel, sur les thématiques du corpus. Même si vous n'avez pas participé, il est aussi possible de laisser vos avis. C'est toujours gratifiant pour ceux qui écrivent.
Au niveau du ressenti global, en fait j'ai à la fois l'impression d'avoir exploité égoïstement ce joli "travail commun" pour mon développement personnel, et en même temps l'impression que, si chacun a pu l'employer à cette même fin, quelque part cet Appel a atteint son but. (Je ne prétends pas avoir la science infuse bien sûr, il se peut que ma tendance à voir des catharsis partout soit due en partie à l'alcool. :question: )
Cette phrase en revanche
Favoriser l'immersion. Cette idée que C.K est un Seuil propre. Que la Ville existe. Qu'un jour vous aussi vous pourrez la croiser sur vos routes.
vient de me terrifier pour la soirée. Mais c'est pas de votre faute ^^ j'ai juste connu une personne qui pensait comme ça et qui a essayé de me tuer. :pur: On va faire comme si de rien n'était, je gère assez bien mes flashbacks du Vietnam au jour d'aujourd'hui.

J'ai particulièrement préféré :
"Notre destination aurait dû être en vue depuis longtemps déjà...." (envie de lire la suite)
Reflet éphémère (il y a quelque chose de la conclusion d'un roman, ou d'un poème en prose, dans les derniers mots)
Je ne cite pas ceux qui ont une phrase récurrente en guise de refrain, parce que ça me rappelle que je l'ai fait pour "Certains de lointaines planètes" et que je n'en suis pas super content avec le recul. ^^
Je cite "le bout du terrier" qui m'a méchamment mis la chanson dans la tête, gros changement d'ambiance après les textes précédents ! :heart:
'Le chat trottinait nonchalamment...' qui me confirme qu'un être vivant peut constituer un Seuil. Ce qui me sera peut-être utile un de ces jours. *innocence*
Et........bah, tous les textes en fait, je comprends pourquoi l'idée du concours a été abandonnée : ça ne rendrait pas justice à tous les auteurs qui se sont clairement coupés en quatre.

Bravo les collègues.
✒ Retrait des textes : Si certains veulent que leurs textes ne soient pas utilisés et affichés, utilisez le compte de Magicopolis pour m'envoyer un MP sous Kaprice. Je m'occuperais de les retirer.
Je suis conscient d'avoir écrit beaucoup, avec des qualités inégales, et parfois vraiment pour fouiller la vie d'un personnage créé pour un autre texte (plutôt en curieux qu'en auteur réellement.) Du coup, si vous voulez faire du tri, ne vous gênez pas ^^ je laisse ça à votre appréciation.
Image

As one is two, where chains are forged and bonds are bound
The whole world, if you bond with me, you can journey

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#10
Gemme, elle commente mais même pas elle dit quels textes elle a écrits. Tout ça pour le faire plus tard et augmenter ses messages quoi. J't'ai grillée ! :na:

Plus sérieusement.
Je suis conscient d'avoir écrit beaucoup, avec des qualités inégales, et parfois vraiment pour fouiller la vie d'un personnage créé pour un autre texte (plutôt en curieux qu'en auteur réellement.) Du coup, si vous voulez faire du tri, ne vous gênez pas ^^ je laisse ça à votre appréciation.
La qualité, on s'en fiche. Tous les textes sont magnifiques. Les plumes sont différentes, oui, mais l'une n'est pas moins belle qu'une autre. On n'est pas là pour juger, pour entrer en compétition.

Comme Kaprice l'a dit, comme ça a été répété plusieurs fois en CB, ce sont vos textes. Vous en faites ce que vous voulez. Si c'est quelque chose de plutôt travaillé, plutôt spontané. Si ça parle d'un de vos personnages ou non... Ce sont vos créations. Le plus important, c'est l'histoire que ça apporte, le plaisir que vous avez tiré de l'exercice. :heart:

Nous, on ne retire rien. Ce n'est pas à nous de décider. On garde tout, sauf si vraiment vous ne voulez pas. :pinkheart:

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#11
Trop de textes. Trop d'histoires différentes. Tellement de choses à lire et qui nous font tourner la tête. Tous sont différents et pourtant il y a toujours une note semblable.
On a pu découvrir des facettes de la Ville qui, parfois, ne nous effleure même pas la conscience. Tout cela nous permettra à tous de découvrir la Ville sous une nouvelle nuit, une nouvelle ombre.

Je ne citerais pas de texte ou de noms, pour moi il n'y en a pas besoin. Tout le monde à eut sa part d'imagination dans un vaste univers.

Merci pour tous vos textes qui sont tous intéressants. :heart:
Image

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#12
Alors alors ! Pour les textes que j'ai écrits. :heart:

J'en ai fait six. Et je pense que j'ai été grillée pour la plupart. Parce que les thèmes. Parce que certains personnages. :pur:

Tempête
La mer, la pêche, sans surprise. Un thème qui revient souvent dans mes RPs et que j'affectionne tout particulièrement J'avais cette envie de Ville comme mystère, comme légende. Une rumeur que l'on se murmure, un secret de marins. Un peu comme ces contes qu'on aime transmettre, sans en connaître vraiment la signification.
Inspiration venue tout droit d'un ancien personnage qui hante encore mes RPs, mes tests. 8-)

Exil
Je voulais prendre le sujet un peu à contre-pied. Ne pas aller du Réel à la Ville, mais de la Ville au Réel. Avec cette peur qui hante certains personnages : ne plus pouvoir rentrer. Parce que Magicopolis a sa volonté propre. Elle est capricieuse. Et si elle ouvre des Seuils, si elle permet à ces sans-magie de venir pour les Eveiller, elle peut tout autant chasser les sorciers, ouvrir des Seuils sans qu'ils s'en aperçoivent, et les refermer à l'instant où ils ont posé le pied dans le Réel. Non, cette fille n'est pas la première. Il y a ce Rubis. Cette Ambre qui vient d'une riche lignée. Et surtout, il y a cet Asriel. La Ville met en exil qui elle désire.

Le Cirque des Brumes
Le cirque, c'est un thème qui me hante. Qui revient souvent, et que pourtant je n'arrive jamais à vraiment écrire. Décrire. Et j'avais cette image de ce Loyal sans âge, sans sexe. Est-ce un homme, ou une femme ? Un être qui fait terriblement jeune, ou un abus de magie pour garder cette peau lisse et fraîche ? Et cette envie de faire du chapiteau le Seuil. L'enlèvement de masse. La disparition soudaine, avant de faire de nouveau le tour du Réel pour ramener encore plus de monde. Un quatuor qui mène tout un monde minuscule à travers les Seuils.

Mercy
Bon, ça, hein. Les cravaches tout ça tout ça. Vieille envie qui vient, qui revient. L'inspiration pour ce thème qui se fait toujours présente. Et l'envie d'une relation pareille. Elle qui est dépendante, lui qui fait tout pour y paraître insensible. Le côté rendez-vous ponctuel, comme un rituel. Le seul moment de la semaine où chacun peut s'échapper pour se rejoindre. Et la Ville en arrière-plan, qui permet la réunion de ces deux êtres. Parce que c'est malsain. Parce que elle, en devient malade de cette relation à laquelle elle ne veut pas se soustraire.
C'est... c'est... bref ! Je pourrais en parler des heures et des heures. :uhu:

J'ai aussi écrit Tunnel et Infami(ll)e. :danse:

Puiiiiis je suis contente qu'ils aient plus. Ca fait chaud au coeur. :pinkheart:

Re: Clôture de l'Appel à Texte

#13
Dans les textes qui m'ont marqué, j'ai retenu (de mémoire, juste sans relire) Tunnel et Infami(ll)e. Parce qu'ils sont très proches de ce que je ressent. Très proches de ce que je cherchais à crier pour l'Appel. Tout plutôt que l'IRL. Parce qu'ils jouent avec les murs invisibles, nous jettent en pleine figure, ce que nous lectrices, cherchons peut être, parfois, sur C.K.

J'ai retenu le texte avec le chat et la petite fille. Pour la note d'espoir qu'il véhicule. Ce doit un des rare qui a une fin "positive". Et parce que tout du long je me suis demandée, si le chat n'était pas un animagus.

J'ai retenu le tout premier. A cause de l'ambiance très glauque, ce troublant basculement vers la folie. C'est terrifiant. Ca laisse songeuse. Et j'aime l'image de la télé pleine de "neige" comme d'un seuil.

J'ai retenu Revolution. Parce qu'il est énergique. Parce qu'il est beaucoup plus grand que certains dans ses enjeux. Il brûle d'énergie comme un fleuve. Cette masse qui dévale les avenues en hurlant. Les descriptions, nous poussent dans le courant.

J'ai retenu celui avec la boule à neige et "les yeux de poupée". Il m'a marqué à cause des bruits. Des tintements de verre. J'ai presque l'impression de les entendre encore, de voir ce terrain vague et ce vieillard vouté.

J'ai retenu celui avec le sale type obèse qui transpire. Parce qu'il me rappelle Sin City dans son ambiance. Dans les odeurs que l'on devine. Atmosphère crade. Cette façon aussi de rappeler qu'il y a toujours un plus gros poisson que ça. Que les sales types du réel, sont rien à côté de la Ville et des forces qu'elle brasse.
Ce qui changeait d'un RP : je pouvais poster comme un malade :face: et honnêtement, ce n'était pas le but du topic mais je l'ai vécu comme ça instinctivement, viscéralement pourrais-je dire,
Ouais je suis d'accord avec Judex. J'ai beaucoup aimé. Et même maintenant ça me manque. Des fois j'ai des idées qui me viennent. Des envies. Des choses à purger. J'ai adoré l'anonymat. J'ai adoré le fait de pouvoir écrire pour soi, sur soi, sans rien attendre, sans rien prendre en compte. Tellement que le "je" que je n'utilise jamais s'est imposé dans certains de mes textes ; une première fois.

Des quatre textes que j'ai écrits je pense que Vhaal est la seule à les avoir tous reconnus.

Mirages était le plus basique. Du vite fait. Un hommage à St Ex', à son petit prince, et puis j'aime bien le vent, les déserts.

Les trois autres étaient plus intenses à faire. Plus déchirants à écrire. Mais c'était bon. Ils sont tous liés, de façon plus ou moins ténue et se complètent à leur façon sans que ce soit une véritable recherche d'en faire un noeud.

The end is the beginning, répond à mon vieux dilemme. Savoir comment, Valériane qui est orpheline, a grandi dans le réel, sans rien connaître de son ascendance, a été mise en contact avec la Ville. Le monsieur du début est son fils devenu adulte. Comme si les temporalités étaient différentes entre la Ville et le réel. Il lui donne le vif d'or/seuil. Que bien plus tard ? avant ? lorsqu'elle deviendra mère, elle lui rendra, alors qu'il n'est qu'un tout petit garçon. J'avais cette image en tête, chagrine, d'un fils adulte, s'agenouillant devant sa mère encore enfant.

Metaverse / La Ville est bleue comme une orange, ont la même morale. La Ville n'est qu'un décor. Une architecture. Un pretexte. Ce qui importe, la seule chose qui la rend belle, attirante, désirable, ce sont les liens qui s'y tissent, les gens que l'on y croisent. Un peu comme un forum. Même si en écrivant je ne pensait absolument pas en terme C.K. Juste maintenant que j'y repense, j'aime bien l'analogie.

En tout cas, je suis touchée par ce qu'a réussi à faire l'Appel ; il est beau ce recueil. Très différent de ce qu'on peut lire dans les RPs. Tellement mélancolique. Tellement sombre. J'espère voir le voir glisser dans les RPs. Retrouver ces ponts entre la grisaille du réel et la beauté obscure de la Ville, j'espère lire, relire, des personnages qui errent, qui se cherchent une seconde chance, un autre souffle.

Merci à tous en tout cas !!!
Post Reply
cron