Saint Petersbourgeois,

"Mais aussi les mortels, les sangs chauds, les proies, le troupeau.
Ou plus simplement les habitants."
Surnommés les mortels par les Vampires, ou de façon plus méprisante : les proies/le troupeau. Cinq millions d'habitants vivent à Saint-Petesbourg, la seconde plus grande ville de Russie. Et si la plupart ignorent de tout ce qui se trame la nuit, et quels bêtes sont tapis dans les recoins de leurs existence. Il n'empêche que Saint-Petersbourg, de par sa beauté glaçante, son mystère mélancolique, a toujours été une citée de rumeurs, de secrets que l'on tait, et de désuètes superstitions urbaines que de vieilles babouchka revêches aiment parfois à conter à leurs enfants.

Pour des raisons d'implication au contexte et de dynamisme dans les Rps, les Petersbourgeois que vous créerez sur le forum se doivent d'avoir soulevé un peu le voile. D'une façon ou d'une autre, ils ont été initiés à l'envers lugubre de Saint-Petersbourg, et possèdent désormais un profil sur Vampire Kontakt. Peut être ont ils vu des choses qu'ils ne devraient pas voir. Se sont ils faits eux même attaquer ? A moins que ce soit un appétit dangereux pour l'inconnu. La raison vous appartient, mais chaque mortel incarné sur le forum – aussi simple soit il – sait qu'il existe dans sa Ville des choses qui dépassent l'entendement et dont il vaut mieux ne pas trop parler.

On peut imaginer un policier qui enquête sur des meurtres étranges et décide d'infiltrer la communauté de Vampire Kontakte. Une jeune Ukrainienne forcée de se prostituer dans un des club de strip tease tenu en sous main par la mafia Vor. Un étudiant qui par un malheureux concours de circonstance aurait installé Vampire Kontakt sur son portable, juste pour voir, être sur. Un musicien dont le professeur ne donne des cours que la nuit. Ou plus simplement un passant qui a eu le malheur de se trouver là au mauvais moment, au mauvais endroit, le long de ce canal aux eaux dormantes, alors qu'un Vampire affamé hantait les lieux en quête d'une proie.

L'important c'est d'avoir entrouvert le voile et jeté un oeil de l'autre côté. Savoir que cette Ville est plus dangereuse qu'elle n'en a l'air et que à peine le soir tombé, des choses affreuses s'y trament. Ensuite libre à vous de décider si votre personnage décide d'aller plus loin dans son exploration des bas fonds de Saint-Petersbourg, ou au contraire de tout rejeter en bloc et de faire comme si de rien n'était. Mais le fait est, que les Vampires ont un don pour sentir les déchirures du voile, et deviner qu'un mortel à posé ses yeux sur l'interdit.
Dévots,

"Un dévot est un mortel qui appartient corps et âme à un vampire."
Il y a dans la salive des vampires un insidieux poison dont les effets sur l'âme et le cœur finissent par créer une addiction chez les mortels. Les vampires s'en servent pour plier à leur volonté les humains qui leurs plaisent. Ces humains ainsi devenus le jouet ou bien la poupée, d'un vampire sont surnommés les Dévots. Ils vivent alors dans une étrange confusion mentale où leur tortionnaire – ce buveur de sang qui abuse de leurs chairs – incarne désormais toutes leurs envies et toutes leurs obsessions. Ainsi nuits après nuits les Dévots recherchent la brûlure des crocs de leur tourmenteur afin de se perdre corps et âmes dans des extases moites.

Ce qui ne veut pas dire que le Dévot perd tout son libre arbitre. Le poison du vampire agit avant tout et surtout sur les sentiments, les pulsions et les fantasmes. Il crée une dépendance qui pourrait s'assimiler à un amour malsain. Une pulsion aux accents masochiste, qui toujours pousse le Dévot à revenir réclamer la douleur de la morsure et la violence des stigmates. Le Dévot peut avoir honte de son comportement, se sentir sali et souillé ; mais le poison est là en lui qui le consume comme une tentation biblique et le rejette suppliant et dévoué dans les bras de son bourreau.

La mort du vampire quoique douloureuse pour le Dévot peut aider à diluer l’envoûtement. De même une volonté particulièrement forte, ou le fait de tomber amoureux d'une autre personne peuvent aider à se défaire de cette laisse hypnotique. Mais ce n'est jamais garanti, jamais sans conséquence pour la stabilité mentale, et même un Dévot ayant retrouvé son libre ne pourra jamais oublier complètement son tortionnaire. La pulsion ne disparaît pas, simplement elle s'étouffe comme une braise chaude continue à palpiter sous la cendre.

Notez enfin que les Vampires Russes ont pour tradition de tatouer leurs Dévots, afin de signaler au reste de la communauté nocturne que cette proie n'est pas disponible. De même en règle générale les Vampires évitent de s'en prendre aux Dévots de leurs homologues. C'est interdit dans leurs traditions et cela peut être un prétexte à déclencher de jalouses vendettas.
Vampires,

"Les vampires font partis de l'histoire de Saint-Petersbourg,
Mais ils ne l'écrivent pas. "
Les Vampires sont la face obscure de Saint-Petersbourg. A la fois mythe et légende urbaine, ils font partis de la culture populaire de la Ville. Si de jour lorsque le soleil embrase la flèche de l'Amirauté et que les touristes se pressent sur Nevsky, il est aisé de les réléguer au rang de simple folklore. C'est bien différent lors des longues nuits d'hiver. En effet une fois le soleil couché sur le golfe de finlande, de mystérieuses ombres se mettent à hanter les rues désertes. Avec le silence on devine aussi des silhouettes se faufiler le long des canaux et arpenter les ponts sous lesquels la Neva gelé craque sous l'effet du froid. Ce sont les Vampires qui s'éveillent. Appatés par la couleur sanglante du crépuscule, ils s'apprètent à étendre à nouveau leur emprise sur les nuits de la vieille citée Tsariste.

L'apparition des vampires à Saint-Petersbourg se confond avec la fondation de la Ville de Pierre le Grand. Ils seraient originaires des vastes étendues païennes de l'Est, là où leur généalogie mystique se confond encore avec les mythes slaves de l'Oupyr, de Kochtcheï ou encore de Baba Yaga. Comme des papillons, ils se sont laissés attirer par les reflets dorés des lumières de Saint-Petersbourg, pour ne plus jamais en repartir. Le Tsar de l'époque leur offrit l'hospitalité mais à l'unique condition qu'ils signent un corpus de lois et de traditions secrètes encore en vigueur aujourd'hui : Le Voile. Depuis les vampires ont le droit de résider et de chasser dans la Ville mais avec parcimonie et toujours à condition de ne pas se mêler de l'histoire des mortels et de préserver le secret de la cohabitation.

Les vampires font partis de l'histoire de Saint-Petersbourg, mais ils ne l'écrivent pas. Leur existence est un secret bien gardé et inconnu du grand public. Ce qui n'empêche pas les habitants de corroborer tout un panel de mythes et de folklores désuets et de perpétuer au grand amusement des touristes la légende de créatures nocturnes et assassines. Néanmoins certains organes secrets de l'Etat – à commencer par un département secret du FSB – sont au courant de leur réalité. Les hautes instances du gouvernement savent aussi mais ne disent rien. Tant que la cohabitation est discrète et que les chasses ne virent pas au massacre à quoi bon s'inquiéter ? Il en a toujours été comme ça, et il en sera toujours comme ça.

Vous noterez que pour des raisons d'équilibre contextuel les vampires les plus puissants ne sont pas jouables. Dites vous simplement qu'il y a aura toujours un prédateur bien plus puissant pour remettre dans le droit chemin les vampires qui menacent l'équilibre. De même pour des choix d'ambiance, les personnages vampires se doivent d'être Russes. Et s'il y a des Vampires ailleurs dans le monde, c'est pour l'instant un sujet que nous avons choisi de ne pas développer.

Répondre
cron