[INTRIGUE] Jeux de pouvoir [Asgyr - Jehan]


La première intrigue générale du forum (close). L'Onyx et sa matriarche Dragonne s'en prennent au huit autres factions. Combats, assassinats, mais aussi enchantements dans les Maisons Closes et orgies sauvages. Certains sujets peuvent choquer les plus jeunes /!\


Messagepar Le Conseil des Neuf » 04 Oct 2014, 17:33

4h du matin, quartier Emeraude, boutique de jouet.


I don't even no whose side I'm on


Porté par le discret sifflement de ses rotors à propulsion élémentaire d'air, le grand vaisseau dirigeable amiral de la flotte Amethyste s'était immobilisé à une vingtaine de mètres au dessus d'une banale boutique de jouets mécaniques. Au sol, le quartier émeraude était comme le reste de la ville, en proie au chaos le plus total. Coups de sirènes d'alarme, fracas des lames, crépitements des incendies, hurlements des blessés et des mourants. Moloch et ses noires légions avaient mis le paquet pour faire tomber le district et si l'on racontait que là bas quelque part au Nord les Ashfield barricadés en leur Opéra ruiné et guidés par l'héroïque jeunesse de leurs héritiers avaient repoussé l'assaut principal, dans les avenues alentour, les combats entre artistes et mercenaires mutants continuaient avec une identique cruauté.

Une toile de sortilèges de charme, et autres runes d'illusion, couvrait en un maillage serré l'enveloppe oblong du réservoir chargé de gaz lévitatoire du dirigeable de combat. Et le vaisseau transformé par les bourdonnements électriques de toute cette magie, en un simple nuage de fumées noires et charbonneuses, passait inaperçu des regards des tueurs assoiffés de sang. Rien qu'une ombre, dont les contours évanescents et bourdonnants se mêlaient sans effort aux grasses volutes ténébreuses qui étouffaient ce ciel d'enfer.

Songeur, son visage ensanglanté par les reflets rouges d'une armée de flammes s'élevant en colonnes étincelantes, Mercure Leonid, le co-régent de l'Améthyste, et actuel employeur de Jehan, se détourna de la verrière blindé de son grand salon d'apparat pour dévisager son mercenaire. Le vieux lion alchimiste était d'un calme olympien, terrifiant de maintien alors qu'à quelques dizaines de mètres sous le ventre rond de son dirigeable les brasiers de l'enfer ravageaient sa ville et que des centaines d'innocents s'effondraient percés, décapités, éventrés par les lames de l'Onyx. D'un claquement de doigt, plus sonore qu'un coup de fouet, dans le silence assourdi de la salle aérienne protégée de l'agonie de Magicopolis par une carapace de verre renforcé et de tôles enchantées, il s'alluma avec délice un cubain, dont il tira une profonde bouffée un peu rêveuse. « -Ne vous méprenez pas, Mister Dupuy, je me bat pour la paix. »

* * *

« -Ne vous méprenez pas, Mister Heafy, seule m’intéresse la guerre. » Souffla avec mépris Nebulis Black, l'impériale co-régente de l'Améthyste, en tapotant la cendre de sa vénéneuse cigarette noire dans un cendrier d'Onyx blasonné d'une paire d'ailes de harpie. La grosse limousine blindée de la dame de fer, s'était arrêtée en silence dans une ruelle proche de la boutique de jouets mécaniques. Le chauffeur, un affreux homoncule de glaise craquelée, avait alors appuyé sur un voyant du tableau de bord afin d'activer le cocon de camouflage illusoire du véhicule. Et l'orgueilleuse voiture, caparaçonnée d'écailles chromées, s'était soudainement fondue dans le décor en se transformant en une banale muraille couverte de tags obscènes.

Et si à l'extérieur les combats pour la survie de l'émeraude se poursuivaient avec une identique folie ; l'intérieur de l'habitacle était plongé dans un épais silence, que ne venaient troubler que les discrets accords de musique classique égrenés par l'autoradio-phonographe. Il flottait entre les cuirs moelleux des fauteuils une entêtante odeur de thé et de tabac racé. Une petite table, à la marqueterie soignée, sombre et féminine, séparait le mercenaire et son employeuse. Deux tasses brûlantes, posées sur des soucoupes frappées de l'habituel blason ailé des Black, fumaient en exsudant dans l'espace clos leurs senteurs de feuilles broyées. « -Demain les jumeaux Orothar ne seront plus. C'est une certitude. Et seul s'oppose à ma prise de pouvoir sur l'Améthyste, que ce garçon anonyme réfugié dans cette boutique de jouet...

* * *

« -L'héritier illégitime du trône corbeau. Lointain descendant d'une troisième branche des Orothar. Fruit du viol de leur jeune soeur par ces deux monstres du temps où ils pouvaient encore se reproduire. » Expliqua de sa voix grave le vieux Leonid en faisant les cent pas sur le parquet de son salon d'apparat suspendu à une vingtaine de mètres au dessus de Londres. De temps en temps il tapotait avec impatience le sol avec la pointe de cette énorme canne, presque un sceptre, ornée d'une colossale Améthyste qui jamais ne le quittait. Et dans son dos, sous les yeux du géant de fer, la capitale de l'Empire continuait à agoniser, en vomissant sang et cendres, à chaque râle de sa population broyée par l'écrasante puissance de l'Onyx. « -Croyez bien que le meurtre me répugne Mister Depuy. Mais ce garçon, si son existence venait à être révélée au Monde, ne pourrait qu'engendrer chaos et dévastation. L'Améthyste, serait déchirée entre partisans de cet obscur héritier et puissants vassaux désirant tourner la page des Orothar. Et si l'Améthyste sombre dans la guerre civile, quelle faction pourra s'opposer à l'Onyx et ramener la paix sur notre belle cité ? »

* * *

« -Deux siècles que Londres étouffe sous la paix armée des Orothar. Les jumeaux enfin arrachés à leur immortalité par Moloch, je n'ai aucune envie de voir un obscur héritier, à l'ascendance incertaine s'emparer du trône Améthyste et regrouper sous sa bannière les partisans zélés de cette vieille famille. » Confessa avec cynisme Nebulis Black en écrasant avec nervosité sa cigarette dans l'onyx de son cendrier. Une grimace excédée craquela l'imperturbable porcelaine de son visage racé, lorsqu'elle porta sa tasse de thé trop froide et amère à ses lèvres carnassières. Elle la reposa avec un peu trop de force et la soucoupe se fendilla en gémissant. « -Si je veux m'emparer de ce trône qui me revient de droit à la tête de l'Améthyste, j'ai besoin du chaos d'une guerre civile. Que les vassaux se déchirent en l'absence de chef, s'épuisent en intrigues sordides jusqu'à perdre toute force. »

* * *

« -Abrégez l'existence contre nature de ce garçon Mister Dupuy et je ferais de vous un héros. Nous mettrons ce meurtre sur le dos des Black ; et la place vacante laissée par les vieilles harpies, vous reviendra de droit. Jehan Dupuy, celui par qui la paix est revenue ! »

* * *

« -Éventrez cet héritier Mister Heafy et vous deviendrez le héraut de la guerre. Je mettrais ce meurtre sur le dos des Leonid ; et ensemble nous réveillerons Londres depuis trop longtemps endormie avec une longue et sanglante guerre civile. Asgyr Heafy, celui par qui le chaos se poursuivra ! »

* * *

LANCEMENT DE LA PROCEDURE D'EJECTION DANS QUINZE SECONDES ! Hurlèrent les hauts parleur du dirigeable, alors qu'au centre du salon une trappe d'assaut venait de s'ouvrir toute grande sur le vide. Par l'ouverture ainsi pratiquée dans l'épais blindage, s'engouffra le fracas de la guerre. Un tourbillon de cendres recouvrit les beaux parquets de la salle aérienne. L'écho des explosions masqua les tapotements aristocratiques de la canne du vieux Léonid flattant toujours les tapis. Quand aux senteurs sucrée des alcools que le seigneur et le mercenaire avaient partagé le temps du voyage, elles avaient été remplacées par l’écœurant bouquet de la guerre : sang vaporisé, cheveux brûlés et autres chairs liquéfiées de chaleur. « -Une dernière chose ! Soyez prudent, Nebulis Black, cette vieille peau est restée fidèle aux Orothar, elle cherchera surement à protéger l'héritier. »

* * *

« -Monsieur est paresseux ! Monsieur devrait être déjà dehors à courir mériter son salaire de carnage et de mauvais alcool » Pesta à haute et intelligible voix, Mertin, l'homoncule de glaise qui faisait office de chauffeur et de garde du corps à Nebulis Black. Toujours râlant contre le manque de manière avéré du loup garou, il pressa une nouvelle touche sur le tableau de bord et la portière la plus proche se déverrouilla pour s'ouvrir toute grande. Agressée par toutes ces odeurs qui s'engouffrèrent en un tourbillon malodorant dans l'habitacle soudainement privé de protection, la régente ne put que se plaquer délicatement un mouchoir parfumé sur son visage soigneusement poudré. Impatiente elle tapotait de ses ongles recourbées le plateau d'acajou et d'ébène de cette petite table dressée au centre de la limousine. « -Une dernière chose ! Mercure Leonid, est un fidèle des Orothar. Il ferra surement tout protéger l'héritier. N'hésitez pas à massacrer tout ceux qui se dresseront en travers de votre passage. »
Avatar de l’utilisateur
Administrateur du site
 
Messages: 445
L'Ascendance: Je règne parmi les Princes


Retourner vers Intrigue Vengeance [close]